CAN 2021 : péril sur les retombées économiques

Les opérateurs économiques locaux espéraient profiter de la Coupe d’Afrique des Nations faire de bonnes affaires. A la faible mobilisation observée depuis le début de la compétition, vient encore de s’ajouter plusieurs incidents qui risquent de peser lourd sur les attentes.

Avatar photo Par 26/01/2022 - 00:24
CAN 2021 : péril sur les retombées économiques Photo by Icon sport

Sur l’un des axes principaux du quartier Nsam dans le 3e arrondissement de Yaoundé, la capitale politique du Cameroun, une pléthore de snacks bars et discothèques meublent le décor. Dans ce lieu très fréquenté par les populations de Yaoundé, un jeune homme y gère une buvette. Son affaire a été montée depuis l’annonce de la Can 2019. Il y a investi 5millions de FCFA fin 2018 et espérait récolter des retombées dès 2019. Malheureusement la CAN 2019 a été attribuée à l’Egypte. Avec l’arrivée de la crise sanitaire,  son affaire peinait à décoller. Son dernier espoir la CAN Totalenergie 2021. Depuis le début de la CAN le 9 janvier dernier, son commerce faisait des chiffres. Mais l’incendie de samedi dernier qui a fait au moins 16 morts dans une boite de nuit semble avoir cassé la cadence. « Nous avons fait des recettes au premier tour. Le tout dépendait des jours. Quand le Cameroun jouait, on était presque submergé. Mais pour les autres rencontres il n’y avait pas trop d’affluence. Mais on avait plus de client que d’habitude. Depuis dimanche et lundi encore, alors que les Lions indomptables jouaient,  nous avons constaté qu’il n’y a pas eu assez de clients », raconte, le propriétaire de la buvette.
Comme lui, d’autres tenanciers de commerces notamment de bars et restaurant se plaignent que les journées de dimanche et de lundi n’ont pas fait assez de recettes, pourtant les Lions indomptables du Cameroun ont battu les Comoriens en 8e de finale dans la nuit de lundi. Ce qui devait naturellement avoir un impact positif sur les ventes. « Malheureusement les clients n’étaient pas au rendez-vous », souffle une serveuse. En cause, l’incendie de dimanche matin dans une boite de nuit qui a couté la vie à 16 personnes. « On s’est dit que les clients ne sont pas venus hier lundi à cause de l’incendie de la boite de nuit. Les gens ont encore peur », affirme un videur.

ouvert 1 CAN 2021 : péril sur les retombées économiques

Photo by Icon sport

 

Des espoirs déçus

La CAN qui se joue au Cameroun constituait pourtant une lueur d’espoir pour certains opérateurs économiques. «Je pense aux secteurs hôtelier, de la restauration, de l’artisanat par exemple. L’autre fait positif est que, en dehors du tourisme externe, la CAN va pousser les Camerounais à développer le tourisme interne. Les gens iront d’une ville à l’autre pour suivre les matchs, ce qui permettra de faire tourner l’économie», soulignait il y a quelques mois,  l’économiste Dalvarice Ngoudjou. Malheureusement certains opérateurs qui ont investi de colossales sommes d’argent et qui espéraientt récupérer une bonne partie pendant cette CAN n’ont que leurs yeux pour pleurer. « Nous avons réinvesti près d’un milliards pour construire une annexe de l’Hôtel et  fait des réfections dans l’ancien bâtiment. A la fin du premier tour de la compétions, les retombées ne donnent pas grand espoir », regrette le propriétaire d’un complexe hôtelier à Douala.
C’est la même déception du côté de l’Etat qui avait tablé sur des revenus d’environ 1000 milliards de FCFA. Le Pays espérait en outre s’appuyer sur cette grand-messe du football continental pour relancer l’activité touristique nationale et mobiliser environ un million de touristes.   Les dividendes attendus devaient provenir des timbres d’aéroport, et des taxes touristiques à reverser à l’Etat. Et aussi des investissements dans le transport, l’hébergement, la restauration, la communication téléphonique, l’artisanat et autres souvenirs, la visite des sites touristiques et les loisirs. Mais Dans une ville comme Yaoundé, les touristes venus pour la CAN se font assez rares. Une source à l’aéroport international de Nsimalen est dubitative quant à l’atteinte des 1 million de visiteurs attendus par l’Etat. « Je doute fort qu’on ait atteint 500 mille visiteurs dans les 3 aéroports (Yaoundé, Nsimalen, Garoua). Mais la compétition se joue encore nous pouvons espérer que d’autres visiteurs arrivent pour voir le deuxième tour », ajoute-t-elle.
Selon plusieurs sources, près de 3000 milliards ont été dépensés dans la construction des infrastructures devant accueillir la CAN. De l’argent emprunté qui a  mis le niveau d’endettement du pays à près de 50 % du PIB. Une situation qui risque d’être désastreuse pour le Cameroun à long terme, prévient l’économiste Dieudonné Essomba.
Si les retombées économiques ne sont pas au rendez-vous, cette CAN aura permis quand-même aux populations de certaines villes de vivre pour la première fois, après près de 50 ans, l’ambiance d’un évènement aussi grandiose. Même si la même CAN a endeuillé plusieurs familles.

© Africafootunited, 2022 L’utilisation et/ou la duplication non autorisée des contenus, images ou logo de la marque sans autorisation expresse et écrite d’Africa Foot United est strictement interdite. Tout utilisateur qui agit en fraude des présentes avis de droit d’auteur s’expose à des poursuites civiles et pénales par l’éditeur du site.
Avatar photo
Passionné de journalisme, je travaille depuis près de 8 ans comme journaliste au Cameroun. J'ai servi en tant que journaliste politique dans plusieurs rédactions au Cameroun, avant de me reconvertir en économie puis au sport. Je suis membre de l'association des reporters sportifs du Cameroun (RSC). J'ai également collaboré avec plusieurs sites sportifs Camerounais.
Nos recommandations: