Mickaël Poté

CAN 2021 : Pour Mickaël Poté, le Bénin ne méritait pas la qualification

Publié le : / Par

La Coupe d’Afrique des Nations 2021 se jouera sans les Ecureuils du Bénin. Les Béninois avaient été éliminés par la Sierra Leone lors de la dernière journée des éliminatoires. De retour sur cette douloureuse élimination, Mickaël Poté conclut que lui et ses coéquipiers ne méritaient pas une place à la prochaine CAN.

Près d’un mois après, les Béninois n’ont toujours pas digéré la douloureuse élimination subie face aux Sierra-léonais. Dans une interview exclusive accordée à Afrofootball55, Mickaël Poté a fait une analyse lucide de cet échec monumental des Ecureuils du Bénin, lui qui garde toujours un goût amer de l’élimination. « Franchement, c’est très dur à avaler. Est-ce que dans nos têtes, on se pensait déjà qualifiés avant d’avoir joué ? Dans tous les cas, on ne s’y attendait pas. Pour moi, on n’a pas été éliminés sur ce match-là », a commencé par déclarer l’attaquant béninois avant de se justifier par la suite.

« Dès le moment où on ne bat pas cet adversaire, qu’on perd chez nous à la dernière seconde contre le Nigeria et qu’on fait nul contre le Lesotho, on ne méritait pas d’y aller au final. On n’a pas su gagner ce combat-là », clarifie-t-il tout en ajoutant : « On s’est vus trop beaux trop vite. On a perdu le match en dehors du terrain. Psychologiquement. On s’est préparés pour cette échéance pendant trois semaines et on pensait passer. Dans ma carrière, et je suis plus près de la fin que du début, je n’ai jamais été autant épuisé mentalement. On a eu du mal à gérer en dehors du foot », explique Mickaël Poté.

Michel Dussuyer a été le premier coupable désigné d’une débâcle frustrante pour tout un peuple. Mais pour le sociétaire de Bandirmaspor, c’était un échec collectif. « Malheureusement, mais nous sommes tous responsables ! Cette déception fait partie du métier. En 2019, on était les héros, là on est les zéros… On peut encore redevenir des héros aux yeux du peuple si on se qualifie pour la CDM 2022. Jouer pour la sélection, c’est porter tout un pays. Alors, soit tu fais kiffer, soit tu blesses tout un peuple. La joie est indescriptible quand tu gagnes. Comme je l’ai dit à mes collègues, on gagne tous ensemble et on perd tous ensemble », a-t-il déclaré.