CAN 2021 – Covid-19 : Pourquoi la sélection camerounaise n’est jamais impactée ?

Interrogé en conférence de presse sur l’absence des cas Covid-19 au sein de la sélection camerounaise, le sélectionneur Antonio Conceiçao a magnifié le travail effectué par le staff médical de son équipe.

Avatar de Wiliam Tchango (depuis Yaoundé) Par 23/01/2022 - 16:15
CAN 2021 – Covid-19 : Pourquoi la sélection camerounaise n’est jamais impactée ? Les lions indomptables du Cameroun - crédit photo : Icon sport

La rencontre Cameroun-Comores prévue ce lundi 24 janvier 2022 se prépare dans un contexte de suspicion. En effet, 12 cas de Covid-19 ont été détectés dans le groupe des Cœlacanthes dont le sélectionneur Amir Abdou et les deux gardiens de l’équipe. Des résultats qui pour beaucoup n’inspirent visiblement pas confiance quand dans le même temps, aucun cas positif n’est signalé dans le groupe camerounais. Si rien ne change, la sélection comorienne se présentera face au Cameroun sans gardien de but opérationnel, puisqu’à côté des deux atteints de Covid-19, le troisième n’est toujours pas remis de sa blessure.

« C’est une situation particulière. Quand on a eu ces résultats, on était étonnés… on s’est tout de suite remobilisés pour trouver des solutions. On a décidé de rassembler tous les joueurs valides et de mettre à plat la situation… On a eu de potentiels gardiens et maintenant, on va se battre avec nos valeurs. » a réagi Daniel Padovani, l’entraineur des gardiens des Comores qui remplaçait Amir Abdou ce dimanche en conférence de presse d’avant-match. « J’ai déjà un rôle important, c’est celui de trouver un gardien parmi des joueurs de champ. » a regretté le technicien qui juge par ailleurs la situation « cocasse ».

Controverse

La conférence de presse d’avant-match a également donné l’occasion d’interroger Antonio Conceiçao et son joueur Ambroise Oyongo Bitolo sur la stratégie mise en place pour permettre au  Cameroun d’être toujours dispensé de cas de Covid-19 depuis le début de la compétition. « Notre département médical est à féliciter parce qu’il a pu créer une bulle pour protéger la sélection. Et nous entendons garder cette méthode jusqu’à la fin de la compétition. », a révélé le technicien portugais.  Et Ambroise Oyongo Bitolo de renchérir : « Nous, on fait attention et le doc (médecin, NDLR) aussi fait son travail ».

Ces réponses suffiront-elles à lever la controverse autour de ces résultats pour le moins disproportionnés. Pas si  certain. L’entraîneur des gardiens des Comores fait partie des premiers sceptiques. Si beaucoup estime que la contamination massive des joueurs et du staff pourrait tirer son origine des réjouissances qui ont suivi l’annonce de la qualification des cœlacanthes, ce dernier n’y trouve pas de pertinence.

« Bien entendu que tout le monde a vu les moments de joie, les moments de liesse, les moments de partage et d’émotion qu’il y a eus, c’est normal, c’est légitime. Maintenant, votre question est peut-être basée sur le fait que de s’être lâché comme ça, c’est peut-être là qu’il y a des choses qui se sont passées. Maintenant, deux jours avant, on a mis trois buts contre le Ghana, on s’est tous sautés dessus aussi, le Cameroun également a mis des buts, le tour d’avant. Est-ce que c’est là, est-ce que ce n’est pas là ? On ne sait pas. En attendant, on est testés comme tout le monde comme il faut… Le Cameroun s’est aussi sauté dessus comme d’autres équipes. Soit, si on a la chance de marquer des buts, on arrête de tous se sauter dessus. Voilà ».

Malgré cette situation chaotique, les comoriens entendent jouer leur coup à fond face au pays organisateur. La situation que traverse la sélection comorienne est similaire à celle connue par le Burkina Faso à la veille du match d’ouverture face aux Lions indomptables. Machination ou simple coïncidence ? Difficile de trancher.

Avatar de Wiliam Tchango (depuis Yaoundé)
Wiliam Tchango est coordonnateur de la rédaction Afrique Centrale à Africafootunited.com. Journaliste camerounais spécialiste du sport et précisément du football, il parcourt depuis 2008, les stades camerounais et africains pour suivre sa passion. Son riche parcours l'a déjà mené dans plusieurs rédactions camerounaises et africaines et à couvrir plusieurs grands rendez-vous sportifs africains.
Nos recommandations: