CAN 2021 – Algérie : Beaucoup d’enseignements pour Belmadi après le nul face à la Sierra Leone

Le sélectionneur algérien devra trouver des solutions aux impondérables, qui perturbent le bon fonctionnement de son équipe.

Avatar de Merzak Tigrine Par 12/01/2022 - 17:12
CAN 2021 – Algérie : Beaucoup d’enseignements pour Belmadi après le nul face à la Sierra Leone
Pour une fois, Djamel Belmadi semble avoir été pris de court par les conditions du déroulement d’un match. Mardi, face à la Sierra-Leone, sa sélection ne maîtrisait pas la situation comme à son habitude, même si elle a eu la possession du ballon et s’est procuré beaucoup plus d’occasions de buts que son adversaire. Les Belkebla, Belaili et autres Brahimi, qui étaient confrontés à des conditions climatiques pas idéales pour jouer au football en raison de la forte chaleur et du taux élevé d’humidité, avaient toutes les peines du monde à faire circuler le ballon à de la pelouse de très mauvais état du stade Japoma.
Force est de dire que c’est la plus impraticable des pelouses des stades camerounais dans cette CAN. Et pour le malheur des coéquipiers de Mahrez, qui développent un beau jeu sur les terrains de qualité, la pelouse du stade Japoma, où ils sont domiciliés, est lamentable. Comme il leur reste deux matches à jouer sur cette pelouse, les protégés de Djamel Belmadi devront y adapter leur jeu. Le coach algérien devra également faire en sorte de dépouiller le jeu de ses joueurs de leurs péchés mignons, en l’occurrence l’excès d’individualisme.
La moitié des occasions de buts qu’ils se sont créées face à la Sierra-Leone a été ratée car le dernier joueur en possession du ballon n’a pas joué collectivement. Yacine Brahimi en est l’exemple le plus édifiant. Les réactions de Djamel Belmadi sur la ligne de touche à ces nombreux ratages en dit long sur ses intentions lors des prochaines rencontres. Face à la Guinée Equatoriale et à la Côte d’Ivoire, il y aura beaucoup de nouveau dans la composante et la manière de jouer des Fennecs.
LIRE AUSSI:   Eliminatoires CAN 2023 : Liberia-Maroc délocalisé ?
Avatar de Merzak Tigrine
Juriste de formation (licence en droit) et études en interprétariat (français-allemand-arabe). Journaliste (27 ans) au quotidien algérien Liberté. Couverture de trois jeux olympiques (Atlanta 1996, Athènes 2004 et Pékin 2008), et championnat du monde d'athlétisme (Edmonton 2001), jeux africains Harare 1995.
Nos recommandations: