CAN 2021: Abdehakim Serrar « La compétition s’annonce difficile et ouverte »

Avant d’aborder le sujet du tirage au sort et du groupe de l’Algérie, Abdelkrim Serrar, l’ancien champion d’Afrique en 1990 est d’abord revenu sur le parcours de l’équipe nationale. « Avant l’arrivée de Djamel Belmadi, l’équipe nationale était loin d’être considérée comme un favori mais un simple outsider. Elle ne faisait plus peur au point où passer deux […]

Avatar de Rachid Hammoutène (Tizi-Ouzou) Par 21/08/2021 - 19:59
CAN 2021: Abdehakim Serrar « La compétition s’annonce difficile et ouverte »

Avant d’aborder le sujet du tirage au sort et du groupe de l’Algérie, Abdelkrim Serrar, l’ancien champion d’Afrique en 1990 est d’abord revenu sur le parcours de l’équipe nationale.

« Avant l’arrivée de Djamel Belmadi, l’équipe nationale était loin d’être considérée comme un favori mais un simple outsider. Elle ne faisait plus peur au point où passer deux tours était considéré comme un exploit. Mais depuis l’arrivée de Djamel, cette équipe a une personnalité. Il lui a inculqué son caractère de battant et de vainqueur » dira-t-il avant de poursuivre « en leader, il a su trouver les mots justes pour tirer cette équipe vers le haut en lui insufflant cette avidité de la gagne. Il a surtout ouvert les portes de l’EN à tous les joueurs qui brillent et qui répondent au profil du groupe ». Si bien que pour lui désormais « l’équipe qui bat un record d’invincibilité n’est plus perçue comme ce second couteau mais bien un favori en puissance. ».

Pour revenir au tirage au sort, Serrar estime que « le tirage a été clément avec ces équipes comme le Sierra-Leone et la Guinée équatoriale mais dont il faudrait se méfier au passage. » Comme il dira que « la Côte d’Ivoire reste ce grand d’Afrique qu’il faudrait bien négocier pour rester en tête du groupe ». Pour l’actuel président du conseil d’administration de l’ES Sétif, le chemin pour un nouveau sacre est parsemé d’embûches à commencer par le 1/8 ème de finale « outre le fait que l’Algérie sera l’équipe à battre,  au second tour et quel que soit le classement des groupes, l’Algérie hériterait, si elle prenait la tête du groupe d’un gros morceau comme le Nigéria ou l’Egypte ou de la Tunisie ou le Mali si elle venait à être seconde. ».

LIRE AUSSI:   Eliminatoires CAN 2023 : Liberia-Maroc délocalisé ?

Et de se rassurer « comme cette équipe a du caractère je la vois en finale une seconde fois ».  Pour Serrar, qui connaît que trop bien le football africain, lui l’homme aux 16 titres, comme joueur (6) et président (10), pense que le niveau de cette CAN sera très relevé «  au vu des équipes et présence et l’équilibre des groupes même si le groupe C avec le Maroc, le Ghana et le Gabon est celui de la mort, je pense que l’on assistera à une belle CAN dans un pays où le football est une religion qui fera tout pour sa réussite  comme en témoignent ces beaux stades et pelouses où se joueront les rencontres. Des rencontres où les paris seraient hasardeux avec toutes ces surprises qui en sortiront de certaines rencontres».

Avatar de Rachid Hammoutène (Tizi-Ouzou)
Carrière journalistique entamée en 1984 à l’hebdomadaire sportif El Hadef jusqu’à sa disparition en 1992. Actuellement au quotidien national « Horizons » depuis 1990 à ce jour. J’ai eu à collaborer au bihebdomadaire sportif « Olympic » et au quotidien El Watan de 1999 à 2014.
Nos recommandations: