CAN 2019 / Martial Yéo « La Côte d’Ivoire est tombée les armes à la main »

CAN 2019 / Martial Yéo « La Côte d’Ivoire est tombée les armes à la main »

Publié le : / Par

Les Eléphants de Côte d’Ivoire ne rééditeront pas cette fois le scenario de 2006 où ils avaient atteint la finale en Egypte. Ils sont tombés les armes à la main contre l’Algérie.

La Côte d’Ivoire a élevé son niveau de jeu ce jeudi soir. Comme les algériens, les supporters ivoiriens et plusieurs observateurs ont été surpris de voir les garçons de Kamara avoir une telle production dans un 4-4-3 classique. Ce système qui a fait défaut contre le Mali.

Mais dans le foot, on ne peut pas tout maitriser. Dans l’ensemble on n’a assisté à une belle rencontre. Ce Côte d’Ivoire – Algérie sera l’une des meilleurs rencontres de la CAN. D’un camp à un autre ça allait à une vitesse éclair. Les deux sélectionneurs n’ont à aucun moment fermé le jeu. On s’est régalé en suivant le match. Les supporters algériens encore plus parce qu’ils ont réussi à l’emporter.

Mais la tâche n’a pas été facile. Ils se sont fait bougés en début de partie avant de trouver la faille sur le but de de Sofiane Feghouli. Avec un 4-1-4-1, les Fennecs ont ciblé les maillons faibles de la Côte d’Ivoire qui sont ses deux latéraux (Bagayoko et Wonlo). Le premier à payer les pots cassés a été le latéral droit qui a subit les assauts de Bounedjah et Bensebaini sur la frappe croisée de Feghouli qui amène le but.

Le scenario était parfait pour les garçons de Belmadi. Mais derrière ils se sont exposés aux offensives ivoiriennes. L’activité de Zaha et la maitrise de Sangaré ont considérablement gêné les Fennecs dans le milieu. Cependant, ils avaient une certaine assise due à la justesse technique de Mahrez et Belaili ce qui leur a permis de rentrer au vestiaire avec l’avantage d’un but.

Au retour des vestiaires, les algériens ont voulu faire le break et tout de suite ils ont semblé été récompensés par un penalty. Malheureusement pour eux, Bounedjah s’est manqué. Ce raté a été le fait du match qui a remis les Eléphants en confiance. Comme on devait s’y attendre l’égalisation arriva sur une action anodine concrétisée par Kodjia, qui n’était pas dans un grand jour vu ses nombreux gâchis.

Solidement, Belmadi a su parlé à ses joueurs qui n’avaient pas encore encaissé le moindre but de ne pas s’affoler. Ils ont su tenir le ballon même si le danger était bien présent. Les deux gardiens ont fait le job et ont parfois été sauvés par la baraka. Si 120 minutes n’ont pu départager les deux équipes, la séance des tirs au but le pourra.

A ce jeu, ce sont les Verts qui l’emportent en étant plus adroits contre des Eléphants qui pouvaient aussi l’emporter avec un p’ti peu de chance. Les Fennecs ont les armes pour aller chercher ce titre.