CAN 2019 : leurres et lueurs des huitièmes de finale !

CAN 2019 : leurres et lueurs des huitièmes de finale !

Publié le : / Par

Le train des huitièmes de finale de la CAN 2019 est entré en gare lundi avec les dernières affiches. Cette étape supplémentaire instituée à la faveur d’une réforme de la compétition, a favorisé à la fois l’émergence de «petites» nations, même les plus insoupçonnées, mais s’est également révélée être, pour cette première édition, un mouroir des «grands». L’Egypte, le Cameroun, le Maroc et le Ghana, parmi les favoris de la compétition, ont été déboussolés par des adversaires pour la plupart sous-cotés.

La plus grosse désillusion aura été la déconvenue des Pharaons, éliminés à la surprise générale par l’Afrique du Sud, l’un des meilleurs troisièmes du premier tour, grâce à une victoire 1-0 dans les ultimes minutes de la partie. Un but contre le cours du jeu de Thembinkosi Lorch, qui enterrait tous les espoirs de Mohamed Salah et ses coéquipiers, et plongeait la nation égyptienne dans une consternation sans pareille. Jamais l’Egypte n’avait organisé une CAN et avait été aussitôt boutée hors du tournoi. Sur ses sept trophées, trois ont été remportés à domicile (1959, 1986 et 2006).

Il est des Pharaons comme des Lions indomptables, vainqueurs de l’édition 2017, qui ont été éliminés par le Nigeria au bout d’un match à rebondissements, sur le score de 3-2. Ce fut le huitième de finale le plus prolifique en termes de buts inscrits, entre deux géants du football continental. C’était une sorte de finale avant la lettre, et les Super Eagles, qui effectuaient leur retour dans la compétition après deux éditions manquées (2015 et 2017), n’entendaient pas rentrer aussi précocement à la maison.

Madagascar, l’incroyable odyssée

Le Bénin aussi n’avait plus participé à la CAN depuis 2010, et ne comptait pas faire figuration. Les Ecureuils ont sans doute peiné pour sortir de la phase de groupes, mais une fois le second tour franchi, pour la première fois de leur histoire, ils ont réalisé l’extraordinaire opportunité qui s’offrait à eux pour continuer d’écrire l’histoire. Même si le Bénin se coltinait le Maroc, le super favori du tournoi, c’est sans complexe que les hommes de Michel Dussuyer ont abordé la rencontre et sont parvenus à renverser les Lions (1-1, 1-4). La Tunisie, sans briller depuis le début de la compétition, fait son petit bonhomme de chemin, et s’est hissée en quarts de finale en battant aux tirs au but le Ghana (1-1, 5-4).

La grosse sensation de cette CAN à 24 est à ne pas douter l’ascension fulgurante des Bareas. Leur qualification pour une première participation à la CAN était déjà historique et saluée par la planète football entière. Ils ne sont pas arrivés à la grand’messe du football africain en victimes résignées, en dépit de leur étiquette de petite nation. Ils ont survolé avec maestria la poule B où ils étaient logés en terminant en tête devant le Nigeria et la Guinée. Les hommes de Nicolas Dupuis sont même parvenus à battre le Nigeria en match de poules. Et ce n’est pas tout ! En huitièmes de finale, ils ont écorné les Léopards de RD Congo, miraculés du premier tour également, aux tirs au but (2-2, 4-2 t.a.b.).

L’Algérie tient la dragée haute

Les Fennecs, même s’ils n’étaient pas classés dès le départ parmi les grands favoris de la compétition, ont su démontrer aux bookmakers qu’ils s’étaient trompés sur toute la ligne. L’Algérie est à ce jour la meilleure équipe du tournoi. Elle dispose de la meilleure attaque avec neuf buts inscrits, et de la meilleure défense du tournoi avec zéro but encaissé. Son entraineur, Djamel Belmadi a été désigné meilleur sélectionneur au terme du premier tour, et continue plutôt bien sur cette lancée. L’élimination de la Guinée sur le score de 3 buts à 0, témoigne de l’embonpoint des Verts.  Tous les adversaires des Fennecs sont passés à la trappe, y compris le Sénégal, le plus grand favori de cette 32e édition. Les Fennecs sont la recherche d’un deuxième titre continental depuis 29 ans. Leur seul trophée remonte à 1990.

En quarts de finale, les équipiers de Riyad Mahrez auront un autre gros morceau à croquer : la Côte d’Ivoire. Les Eléphants avancent dans le tournoi sans vraiment convaincre. Ils se sont qualifiés en éliminant le Mali (0-1), qui avait pourtant fait un beau parcours au premier tour en terminant en tête de sa poule, sans concéder la moindre défaite. C’était alors son premier faux-pas dans le tournoi. En plus de cette affiche Algérie-Côte d’Ivoire en quarts, l’on aura également un alléchant Afrique du Sud-Nigeria, un Sénégal-Bénin déséquilibré avec les Lions de Teranga en favoris, et un Madagascar-Tunisie indécis.