CAN 2019 / Huitième de finale – Ouganda 0 – Sénégal 1 : Les Lions évitent le piège ougandais et atteignent les quarts

CAN 2019 / Huitième de finale – Ouganda 0 – Sénégal 1 : Les Lions évitent le piège ougandais et atteignent les quarts

Publié le : / Par

Comme lors de ses précédents matches, le Sénégal a attaqué sur des chapeaux de roues avec un rush d’Ismaïla Sarr qui pousse Denis Onyango à la faute, dès la 3e. L’arbitre sort le premier carton mais le coup franc tiré au ras du sol par Henri Saivet ne donne rien. Le match se durcit avec 3 cartons distribués en dix minutes. Les Ougandais multiplient les fautes et semblent ne pas avoir d’arguments pour rivaliser avec les Lions. Ces derniers mettent de l’intensité dans les premières minutes. Une démarche payante car au quart d’heure de jeu, le Sénégal menait déjà au score. Sur une balle interceptée, Saivet s’appuie sur Mbaye Niang qui décale pour Mané. Le Reds, d’une frappe imparable, bat Denis Onyango. L’Ouganda réplique à la 22e par une puissante frappe d’Emmanuel Okwi mais Alfred Gomis étale toute sa classe avec une belle parade. Le Sénégal domine mais n’avait cadré qu’un seul tir à la pause sur deux tentatives. Véritable efficacité.

Au retour des vestiaires, l’Ouganda revient avec de meilleures intentions et hausse son niveau. Les cranes s’approchent du but mais la défense sénégalaise ne cède pas. Un temps fort des hommes de Desabre dans lequel les Lions ont failli doubler la mise avec un pénalty obtenu par Sadio Mané faussé par Onyango, qui aurait dû écoper de son deuxième carton jaune mais l’arbitre a préféré jouer la carte de l’indulgence et siffle seulement le pénalty. Mané se présente à nouveau comme lors du match contre le Kenya mais son tir est arrêté net par Onyango. Deuxième pénalty manqué par l’attaquant vedette des Lions. Et cette fois, il n’aura pas l’occasion de se rattacher parce que le score restera inchangé malgré la pression des Ougandais. Les Lions ont tenu bon grâce à une bonne défense. Ce qui a valu le titre de ‘’man of the match’’ à Khalidou Koulibaly. Le Sénégal fait le job et hérite du Bénin qui, auparavant, a créé le coup de tonnerre en sortant le Maroc de Hervé Renard.