hIAaMcIciuZTkpCVbMtp CAN- 2019 -Double champion d'Afrique : Renard, le récidiviste ?

CAN- 2019 -Double champion d’Afrique : Renard, le récidiviste ?

Publié le : / Par

Le Français avait déjoué les pronostics en 2012 pour offrir à la Zambie sa première et unique étoile avant de récidiver trois ans plus tard avec  la Côte d’Ivoire. Va-t-il refaire le même coup en Egypte ? Tout l’espoir du Maroc repose sur ‘’sa bonne étoile’’. 

Déjouer les pronostics est le jeu favori d’Hervé Renard. 2012 à Bata le français à la surprise général donne à la Zambie son premier titre de champion d’Afrique. 2015, Renard à la tête des Eléphants en fin  de cycle, fait de nouveau mentir les observateurs en menant la Côte d’Ivoire au sacre final. 2019, soirée de remise de trophées du Caf Awards, le technicien vole la vedette à Aliou Cissé à Dakar et remporte le titre de meilleur sélectionneur de 2018. Un homme d’une bonne étoile ! 

A peine la cinquante, Hervé Renard s’est fait une place dans le cercle des sorciers blancs. Du haut de ses 1m84, le technicien à la chemise blanche, est adulé dans les pays où il est passé, voire ailleurs. Au Caire, il fait partie, à l’image des joueurs stars, des hommes à suivre. A la tête des Lions de l’Atlas, Renard peut entrer une fois de plus dans l’histoire. Gagner une troisième Can avec trois pays différents. «On ira avec des ambitions, c’est normal. Mais aujourd’hui, il y a deux grands favoris : l’Egypte et le Sénégal. Le Maroc, avec l’Algérie, la Tunisie, la Côte d’Ivoire et d’autres, fait partie des gros outsiders», avait-il laissé entendre au lendemain de la distinction comme meilleur entraîneur, dans les colonnes de l’hebdomadaire Jeune Afrique. 

Une déclaration empreinte de modestie, mais le double champion d’Afrique est l’espoir du Maroc qui peine à accrocher une deuxième étoile après son sacre de 1976. Lors de ses deux succès avec la Zambie et la Côte d’Ivoire, le Français n’a pas perdu de matches. Avec les Chipolopolos en 2012, il a enregistré deux victoires et un nul en phase de poule, avant de battre le Soudan et le Ghana respectivement en quart et demi finals. Des exploits concrétisés en finale contre les Eléphants aux tirs aux buts (8 tab 7). Un parcours identique avec la bande à Yaya Touré en 2015. La Côte d’Ivoire se montre poussive dans le groupe D avec deux nuls et une victoire, mais se réveille dans les matches à élimination. Renard et ses hommes écartent sur leurs chemins l’Algérie et la République Démocratique du Congo sur le score de 3 buts à 1. Des victoires qui leur ouvrent la porte de la finale gagnée aux tirs aux buts contre le Ghana. Deux succès pour Renard, même scénario : sacré aux tirs aux buts. L’épreuve considérée comme de la Loterie. Chance ou talent ? Hervé Renard a, tout de même, montré des limites à Sochaux où son passage en 2013 a été peu concluant. 

Sur le banc des Lions de l’Atlas depuis 2016, il s’est arrêté en quart de final en 2017 battu par l’Egypte sur la plus petite des marques. Une petite revanche donc à prendre au Caire et un triplé historique à réaliser. Sera-t-il encore ‘’chanceux’’ ? Wait and see…

Ngaya SECK