CAN 2019 / Djamel Belmadi, artisan majeur du sacre algérien

CAN 2019 / Djamel Belmadi, artisan majeur du sacre algérien

Publié le : / Par

Mahrez, Brahimi ou Mandi sont en équipe nationale depuis plusieurs années, mais lors de cette coupe d’Afrique, les Algériens s’accordent à dire qu’ils ne jouaient plus de la même manière qu’avant. Dès le premier match contre le Kenya, on a ressenti un changement chez eux. Ils n’étaient plus ces joueurs, qui lâchaient prise rapidement. Une solidarité de corps, qui n’existait pas auparavant, venait de créer chez les « Fennecs ».

Leur combativité lors de cette CAN aura surpris plus d’un. Ils sont devenus infatigables sur le rectangle vert. Certes, la préparation physique de cette compétition y est pour quelque chose, mais c’est surtout cette grinta soudainement retrouvée qui a fait la différence. Les images des joueurs algériens et leur entraîneur en larmes sur le banc de touche montrent à quel point les choses ont changé au sein de cette sélection, devenue une véritable famille. Et tout ce changement a pour nom: Djamel Belmadi.

Ce dernier a ce mérite d’avoir su redonner une âme à cette sélection algérienne. Quel est son secret ? On ne le sait pas, mais tout compte fait l’équipe nationale algérienne n’est plus la même. Elle a gagné la Coupe d’Afrique des Nations hors de ses bases. C’est un exploit incommensurable, d’autant plus que rares étaient ceux à avoir le courage de miser une pièce sur une telle possibilité.

En effet, avec pratiquement le même effectif, l’Algérie était éliminée dès le premier tour de la précédente édition. Feghouli, Mbolhi et autres Slimani ont subi une transformation radicale au niveau mental, qui constituait leur talon d’achille, car leur valeur technique est incontestable.

Donc Djamel Belmadi a mis le doigt sur la plaie et a réussi le pari de leur inculquer l’esprit d’équipe, qui leur faisait tant défaut jusque-là. C’est tout le mérite de Djamel Belmadi, outre ses compétences avérées de fin tacticien, que lui a reconnu après la finale, son adversaire d’un jour, et néanmoins ami d’enfance, l’entraîneur du Sénégal, Aliou Cisse.