CAN 2019 : DE YAOUNDÉ AHMAD AHMAD CONFORTE LE CAMEROUN DANS L’ORGANISATION DU TOURNOI

CAN 2019 : DE YAOUNDÉ AHMAD AHMAD CONFORTE LE CAMEROUN DANS L’ORGANISATION DU TOURNOI

Publié le : / Par

En visite le mardi 2 octobre 2018 à Yaoundé, le président de la CAF a déclaré que l’institution dont il a la charge n’a jamais envisagé de déchoir le pays de Samuel Eto’o de ce prestigieux rendez-vous sportif en Afrique. Une position qui marque une fois de plus son ambivalence sur la gestion de ce dossier.

Le Malgache a été reçu dans la mi-journée de ce mardi au Palais d’Etoudi par le Président de la République du Cameroun, Paul Biya, à la faveur d’un tête-tête relatif à l’organisation querellée de la CAN 2019. Au sortir de ce rendez-vous entre les deux hommes politiques, arrangé par Samuel Eto’o Fils, Ahmad Ahmad a conforté le pays des Lions indomptables dans son organisation.

«La CAF n’a pas de plan B. La CAF n’a jamais réfléchi à un retrait de la CAN au Cameroun. Ce n’est pas nous qui organisons, c’est le Cameroun qui accueille cette compétition. C’est le Cameroun qui pourra nous dire demain : on est prêts, ou non ! Donnez-nous le temps, on n’est pas prêts. Ça dépend du Cameroun», s’est épanché le patron du football africain.

Ahmad rame à contre courant de ses précédentes sorties médiatiques, dans lesquelles il a toujours remis en doute la capacité du Cameroun à réussir le challenge de la première CAN à 24 équipes. Dans un entretien accordé vendredi dernier au site de «Le Monde», le Malgache confiait que «la CAF n’effectuera aucune communication quant à la décision qui sera prise avant la présidentielle camerounaise du 7 octobre. Nous ne voulons pas perturber la campagne».

L’entregent de Samuel Eto’o

Entre temps, beaucoup d’eau a coulé sous le pont, et Ahmad s’est retrouvé à nouveau devant la presse, camerounaise cette fois-ci, pour battre en brèche ce principe préétabli. «Je remercie Samuel Eto’o. C’est grâce à lui, qui a organisé cette visite, qu’on a enlevé toutes les supputations à gauche et à droite», reconnait le président de la CAF. 

Il laisse cependant poindre dans son propos que le Cameroun doit se bouger et accélérer le rythme des travaux dans les chantiers, au risque de se tirer lui-même une balle dans la jambe. Il importe cependant de souligner qu’un rapport du Comité exécutif réuni vendredi dernier à Sharm El-Sheikh en Egypte, note un «retard important» dans l’évolution des travaux.

Et que ledit rapport annonce pour ce mois d’octobre l’arrivée au Cameroun d’une commission conjointe Fifa-Caf, pour prendre le pouls du climat sécuritaire dans le pays. Aussi, une dernière mission d’inspection est prévue au mois de novembre.