Cameroun – Roger Milla : « Quand j’ai vu Marc-Vivien Foé tomber, j’ai compris que c’était grave » Crédit photo: Icon Sport

Cameroun – Roger Milla : « Quand j’ai vu Marc-Vivien Foé tomber, j’ai compris que c’était grave »

Publié le : / Par

L’ancien Lion Indomptable Albert Roger Milla était au stade de Gerland, le 26 juin 2003, lorsque Marc-Vivien Foé rendait l’âme au cours d’un match des demi-finales de la Coupe des Confédérations entre le Cameroun et la Colombie. 18 ans après cet épisode tragique, il n’a rien oublié de ces événements. Il s’est exprimé à l’occasion de la projection d’un documentaire sur la vie du disparu, organisée ce samedi 26 juin 2021 à Yaoundé.

18 ans après le décès de Marc-Vivien Foé au Stade de Gerland en France lors d’une rencontre des demi-finales de la Coupe des Confédérations 2003 entre le Cameroun et la Colombie, les souvenirs restent vivaces dans les esprits de ses coéquipiers et ceux qui l’ont côtoyé lors de ses derniers moments de vie. Albert Roger Milla, qui accompagnait l’équipe camerounaise à cette compétition, n’a oublié aucun détail de ces événements qui avaient ému la planète entière.

« J’étais présent à ce match. Quand j’ai vu Marc Vivien tomber, surtout lorsque sa main bascule sur le côté pendant qu’on le transportait sur la civière, j’ai compris que c’était grave. Connaissant le stade de Gerland, je suis descendu et me suis rendu à l’infirmerie. Une fois sur place, les médecins que je connaissais bien, m’ont dit : Roger, c’est fini. Je leur ai dit que je voudrais quand même le voir », a-t-il raconté samedi à Yaoundé, en marge de la projection d’un film documentaire sur la vie de l’ancien numéro 17 des Lions Indomptables. « Quand les médecins m’ont amené dans la chambre, j’ai trouvé qu’on l’avait déjà couvert. J’ai compris qu’on l’avait définitivement perdu. Je me suis ensuite rendu dans les vestiaires pour annoncer la triste nouvelle à toute l’équipe. C’était très dur », poursuit l’ex Lion Indomptable.

Roger Milla continue de regretter « un garçon aimable, très respectueux, pas comme ceux d’aujourd’hui ». « Cela fait dix-huit ans qu’il nous a quitté mais pour moi, c’est comme si c’était hier. Son départ a été pour nous, une grosse perte », conclut l’ancien buteur de la sélection camerounaise.