Cameroun : Paul Biya ferme les portes du palais aux champions d’Afrique U17

Cameroun : Paul Biya ferme les portes du palais aux champions d’Afrique U17

Publié le : / Par

Les Lionceaux cadets sont champions d’Afrique, et pas des prophètes chez-eux ! Sacrée dimanche dernier à la CAN U17 en Tanzanie, la sélection camerounaise a regagné le pays lundi, dans une atmosphère maussade marquée par des averses. Ils ont juste eu le temps de faire un mini tour de ville, puis ont regagné leur hôtel, situé non loin du stade Ahmadou Ahidjo de Yaoundé. Ils y séjournent depuis lors, en attendant d’être reçus comme leurs illustres aînés champions d’Afrique chez les seniors il y a deux ans, ou comme les Lionnes indomptables finalistes de la CAN féminine 2016. Mais le rêve de serrer la main du Chef de l’Etat s’est définitivement évanoui ce vendredi 3 mai 2019.

C’est finalement dans les services du Premier ministre camerounais qu’ils iront dans l’après-midi pour présenter leur trophée, a appris AFU d’une source crédible au sein de la sélection. Un accueil au rabais pour cette génération dorée, qui méritait au même titre que leurs aînés, les hommages de la nation, symboliquement rendus par le Président de la République au nom de tous les Camerounais. La réception officielle au palais était préalablement annoncée en coulisses jeudi, mais les joueurs et leurs encadreurs ont passé une autre journée creuse, jusqu’à la nouvelle de la visite chez le premier ministre.Fabrice Ndzie et ses équipiers retombent très tôt dans l’anonymat, à peine une semaine après leur sacre.

Tout le contraire du Syli cadet, qui continue d’être célébré malgré son statut de malheureux finaliste. Les Guinéens sont retournés à Conakry le lendemain par vol spécial, drapés dans des costumes taillés sur-mesure, à bord d’un car podium. Ils ont été portés le long de leur parcours par une liesse populaire à nulle autre pareille. De l’aéroport jusqu’au Palais du peuple, le lieu par excellence des grands rendez-vous dans la capitale guinéenne, où les agapes se sont poursuivies, ils ont été célébrés par le peuple de Guinée. On aurait dit que c’étaient eux les champions d’Afrique. Que Non !