CAMEROUN : LES LIONS RÉVISENT LEURS GAMMES , SANS BASSOGOG MÉNAGÉ

Publié le : / Par

Les Lions indomptables ont eu un premier contact avec leur public mardi soir au stade annexe 1 de Yaoundé.  Cette deuxième séance du jour était ouverte, et n’a pas connu la participation de Christian Bassogog. L’attaquant du Henan Jianye (Chine) souffre d’une douleur à la cuisse, et a été tenu à l’écart du groupe durant toute la séance. «On doit faire attention à Bassogog. Il s’est entrainé ce matin, mais on s’est dit qu’il fallait le laisser de côté à l’entrainement du soir. Mais je crois qu’il peut être dans le match», rassure Patrick Kluivert, l’entraineur adjoint des Lions.

Le meilleur joueur de la CAN 2017 s’est contenté d’observer ses coéquipiers à la révision tactique, sous la supervision de Clarence Seedorf et de l’ensemble de ses adjoints. Sur les 23 joueurs retenus par le Néerlandais pour cette double confrontation face au Malawi, 21 ont pris part à l’entrainement du soir, et deux manquent encore à l’appel. Il s’agit du défenseur Jean-Armel Kana-Biyik, et de Joël Tagueu, ce dernier appelé en renfort pour pallier le forfait de Stéphane Bahoken.

Au cours de cette séance, Seedorf a également improvisé une mise en place tactique sur une moitié de terrain avec un groupe scindé en deux. Le tout dans une très bonne ambiance, marquée par des taquineries. «L’intensité des entrainements est très bien, et je pense que les joueurs sont contents de ce qu’on fait avec eux. Le groupe est également uni, et on espère qu’avec cette unité, on va faire de grandes choses contre le Malawi», ajoute Kluivert.

Même si ce match peut sembler sans enjeu pour le Cameroun déjà qualifié, fort de sa stature de pays hôte, l’adjoint de Seedorf croit connaitre le style de jeu malawite, et pense que ses collaborateurs et lui ont trouvé la formule pour venir à bout des Flammes au match de vendredi prochain au Stade Ahmadou Ahidjo de Yaoundé.  

«C’est une équipe avec des attaquants qui vont très vite. On est conscient de ça. Ça ne sera pas facile, parce que c’est une équipe qui joue regroupée derrière. Les espaces vont être très réduits. Mais nous avons des joueurs qui peuvent réussir des choses individuellement, même si collectivement aussi nous sommes forts», confie le technicien hollandais