CAMEROUN – BOYCOTT DU CHAMPIONNAT : LA FECAFOOT HAUSSE LE TON!

CAMEROUN – BOYCOTT DU CHAMPIONNAT : LA FECAFOOT HAUSSE LE TON!

Publié le : / Par

 

Le football professionnel au Cameroun est au creux de la vague, et cette situation ne satisfait guère la Fédération camerounaise de football (Fecafoot), qui a frappé du poing sur le table, après le boycott de l’intégralité des matchs de la première journée de Ligue 1 ce week-end. Dans un communiqué rendu public ce lundi 28 janvier 2019, le président de la Fecafoot s’en indigne.

«Le fait que la compétition n’ait pas démarré à la date consensuellement arrêtée préoccupe profondément la Fédération camerounaise de football, qui invite les acteurs de la LFPC à faire preuve de responsabilité et à mettre en avant l’intérêt supérieur du football camerounais par le démarrage effectif des compétitions organisées par la LFPC dans les 07 (sept) jours suivants la publication du présent communiqué», exige Seidou Mbombo Njoya. En clair, la Ligue 1 devrait pouvoir reprendre du service dès le week-end prochain selon le patron du football camerounais, malgré le boycott de la première journée, tandis qu’en Ligue 2, le kick-off est prévu le mercredi 30 janvier 2019.

La Fédération appelle aussi bien les clubs que les dirigeants de la LFPC à enterrer la hache de guerre. Dans le cas contraire, en tant qu’instance faîtière nationale du football, elle «n’aura d’autre choix que d’exercer ses prérogatives légales et réglementaires pour sauvegarder l’intérêt et l’image de marque du football camerounais», prévient le président de la Fecafoot. La prérogative l’ultime le cas échéant serait la dissolution de la LFPC par la Fecafoot.

Il importe de préciser que les matchs de la première journée du championnat ont été boycottés suite à un appel du Syndicat des clubs d’élite du Cameroun (Sycec), qui exige de la LFPC la tenue préalable d’une Assemblée générale (de réédition des comptes de la saison écoulée) avant  un nouveau départ de la saison. Une requête qui est tombée dans les oreilles des sourds à la LFPC, où on ne l’envisage qu’au mois de février, après que championnat soit déjà effectif.

Joint au téléphone à la suite du communiqué de la Fecafoot, le Sycec n’a pas souhaité réagir, arguant que des «négociations sont en cours» pour démêler l’écheveau.