Cameroun : 24 clubs insolvables à l’égard des joueurs

Cameroun : 24 clubs insolvables à l’égard des joueurs

Publié le : / Par

Le football camerounais n’est professionnel que de nom. Un contenant sans contenu, puisque tous les indices catalytiques du professionnalisme ne n’ont pas été mis en musique depuis son avènement en 2011 pour conférer à ce football un statut professionnel. Même sur les détails les plus basiques, les clubs se font harakiri. Ils brillent par exemple par leur insolvabilité à l’égard des joueurs. D’ailleurs, le résultat d’une enquête réalisée par Syndicat national des footballeurs camerounais révèle que 24 clubs sur 33 en Ligue 1 et 2 n’ont pas payé de salaires à leurs joueurs depuis plus d’une saison.

Un cumul d’arriérés qui ne s’explique pas, puisque le gouvernement camerounais fait une dotation annuelle depuis 2011, de plus de 500 millions FCFA à la Ligue de football professionnel du Cameroun (Lfpc), avec presqu’une moitié destinée aux clubs. Non sans compter les subventions de la Fédération camerounaise de football, et la saison dernière de l’entreprise sponsor des championnats Ligue 1 et 2.

«La situation est désastreuse. Nous avons reçu des appels de joueurs ayant de graves problèmes pour nourrir leurs enfants. C’est choquant ! En plus ces joueurs non rémunérés sont également vulnérables aux approches des truqueurs de matchs», déplore le président du Synafoc Geremi Njitap.

En raison de cette situation, la FIFPro (Fédération internationale des associations de footballeurs professionnels) et le Synafoc ont formulé des plaintes à la Fifa et la Fecafoot, pour exiger des clubs qu’ils règlent «leurs dettes envers les joueurs et – le cas échéant – de sanctionner les clubs qui refusent de remplir leurs obligations contractuelles».

Le Synafoc est une entité qui défend les intérêts des footballeurs camerounais, ceux encore en activité et ceux déjà à la retraite. Le syndicat est dirigé par l’ancien Lion indomptable Geremi Njitap. «Le Synafoc enseigne aux joueurs à se comporter en professionnels et à respecter les contrats qu’ils signent. Nous attendons donc le même comportement professionnel des clubs», ajoute l’ancien joueur de Chelsea et du Real Madrid.