CAF : le torchon brule entre Ahmad Ahmad et Mustapha Fahmy

CAF : le torchon brule entre Ahmad Ahmad et Mustapha Fahmy

Publié le : / Par

Le courant ne passe plus entre le président de la Confédération africaine de football, Ahmad Ahmad, et son Conseiller en compétitions, l’Egyptien Mustapha Fahmy. Les deux hommes se crêpent le chignon et se livrent une guerre épistolaire, au sujet de l’Assemblée générale de l’instance prévue le 18 juillet prochain au Caire en marge de la CAN 2019. En effet, Ahmad Ahmad a décidé de ne pas convier l’ancien Secrétaire général de la CAF, aujourd’hui membre d’honneur de l’instance, au rendez-vous du 18 juillet prochain, en ceci que «les membres d’honneur ne disposent pas d’un droit de vote à l’Assemblée Générale. Ainsi, pour préserver la sérénité des travaux de l’Assemblée Générale, et compte tenu des circonstances actuelles, nous avons fait le choix de ne pas vous convier à la prochaine réunion de ladite Assemblée Générale», peut-on lire dans une correspondance d’Ahmad, adressée vendredi à Mustapha Fahmy, et dans laquelle le Malgache dénonce également son indifférence suite aux récentes dénonciations de l’ancien secrétaire général Amr Fahmy (fils de Mustapha) limogé.

Cette sortie n’a pas du tout plu à l’ex Secrétaire général de la CAF sous Issa Hayatou, qui a répliqué dans une correspondance datée de ce samedi 13 juillet. «Votre décision n’a donc aucun fondement et est une nouvelle preuve irréfutable que vous n’acceptez pas le dialogue ; que vous n’avez eu de cesse à faire taire toute voix discordante depuis votre avènement à la CAF», a-t-il réagi suite à la décision d’Ahmad de ne pas le convier aux travaux de l’Assemblée générale. Il juge cette décision très subjective et à tête chercheuse «car une décision de l’Assemblée Générale ne peut en aucun cas être remise en cause par le Comité Exécutif, et encore moins le président. Par ailleurs, les membres du Comité Exécutif ne jouissent pas d’un droit de vote à l’Assemblée Générale. Cela vous donne-t-ile droit de leur interdire l’accès à l’Assemblée Générale s’ils ne sont pas du même bord que vous et que vous ne souhaitez pas leur présence ?», rétorque M. Fahmy.

Ce dernier qui n’entend pas lâcher du lest, a copié sa correspondance aux membres du Comité exécutif de la CAF, ainsi qu’aux associations nationales, membres de ladite Assemblée générale, pour susciter leur arbitrage. Cette décision du président de la CAF laisse transparaitre le divorce absolu entre celui-ci et la dynastie Fahmy, qu’il accuse d’être à la manœuvre de ses malheurs. Après s’être débarrassé du «fils», Ahmad veut également se départir du «père».