CAF Compétitions interclubs : Suprématie de l’Afrique du Nord

CAF Compétitions interclubs : Suprématie de l’Afrique du Nord

Publié le : / Par

 Comme l’édition précédente, l’affiche de la finale de la plus prestigieuse des compétitions africaines des clubs opposera des clubs issus de l’Afrique du nord : Le Wydad Casablanca à l’Esperance Sportive de Tunis. Tableau identique en Coupe de la Confédération où deux écuries maghrébines se mesureront en finale : La Renaissance Sportive Berkane au Zamalek SC. Un fait qui ne surprend plus personne.

Mieux organisés et plus structurés, ces formations imposent leur tyrannie à celles de l’Afrique subsaharienne, presqu’impuissantes. L’environnement professionnel dans lequel les clubs du Nord sont gérés leur impose du résultat. Leur modèle économique est florissant calqué sur le sponsoring, vente de gadgets, maillots, partenariats, billetteries… Et forcement, ils arrivent à attirer les meilleurs joueurs dans leurs écuries et parfois des entraîneurs expatriés. Et quand arrive la Ligue des champions et la Coupe de la Confédération, sans surprise, ces clubs du Nord sont plus compétitifs. L’illustration parfaite, la demi-finale de Ligue des champions et en Coupe de la Confédération. En C1, deux des quatre clubs venaient du Nord et ce sont ces deux clubs qui ont réussi à valider leur billet pour la finale. En C2, 100% des chocs étaient au couleur de l’Afrique du Nord.

De volet, les formations Nord africaines balaient tout sur son passage. Le Mamelodi Sundowns et TP Mazembe l’ont appris à leurs dépens. Presqu’imprenable dans leurs bastions, rusées, elles vous pousseront à bout, vous useront d’une manière ou d’une autre avant de vous achever sur le rectangle vert. Chez l’adversaire, elles procéderont par attaque placée et ne manqueront pas de vous planter ce but assassin qui fait mal.

Depuis la création de la nouvelle formule de la Ligue des Champions (1997), le trophée a, à quinze reprises pris la direction de l’Afrique du Nord pour seulement huit déplacements en Afrique subsaharienne (2019 en cours). En Coupe de la Confédération, c’est dix trophées pour les clubs du Nord pour seulement cinq arrachés par les autres. Le constat est palpable et implacable.

En attendant la finale de la Ligue des champions et celle de la Confédération qui viendra confirmer l’hégémonie des formations maghrébines au niveau des compétitions interclubs, ceux de l’Afrique subsaharienne gagnerait à mieux s’organiser et se structurer pour prétendre gagner un jour.