Brice Mbicka Ndjambou très convaincant sur les décisions de la FEGAFOOT

Brice Mbicka Ndjambou très convaincant sur les décisions de la FEGAFOOT

Publié le : / Par
La décision de la Fédération Gabonaise de Football (FEGAFOOT) d’arrêter ses compétitions s’imposait à elle pour plusieurs raisons. Le président de la Ligue nationale de football Brice Mbicka Ndjambou estime qu’il était tant pour les acteurs du football gabonais de se prononcer sur la suite à donner aux différentes compétitions vu le timing très court donné par la Confédération Africaine de Football (CAF).
 
L’instance du football africain (CAF) avait fixé le délai des décisions des associations membres sur l’inscription des clubs aux compétitions africaines au 31 août prochain. C’était donc trop juste de vouloir reprendre les championnats de D1 et D2 au Gabon quand on sait que le risque de contamination à la maladie à coronavirus est toujours de mise dans le pays. Il était donc tant de prendre une décision qui ne fâchent pas.
 
 » Au niveau de la Linaf, il n’était pas question de nous précipiter. Nous avons décidé de prendre le temps qu’il fallait en nous appuyant sur deux principaux aspects. Le premier, c’était d’attendre que le déconfinement soit total et que l’interdiction de nous rassembler à plus de dix personnes soit levée. Le deuxième consistait à regarder à l’international, les délais fixés par la CAF, pour les inscriptions des équipes et qualifications des joueurs en vue des complétions africaines. Or, nous avions tous appris ce jour-là que la Caf a fixé au 31 août prochain, la date limite des inscriptions des équipes devant participer aux compétitions africaines. Ce qui fait que l’une des conditions qui nous permettaient d’attendre s’était levée « , explique Brice Mbicka Ndjambou dans un entretien qu’il a accordé au quotidien gabonais L’Union.
 
Les 14 clubs du championnat national de première répartis en deux poules de 7 n’auront joué que la phase aller et la désignation des nouveaux champions du Gabon a été bien mûrie.
 
 » En réalité, on aurait pu n’inscrire personne, si l’on regarde de manière objective la situation. Mais vous conviendrez avec moi que nous avons l’obligation d’inscrire des équipes en compétitions africaines. C’est pourquoi, les clubs et la Linaf ont adhéré à la proposition faite par la FEGAFOOT qui consistait à désigner Bouenguidi Sport et Mangasport comme nos représentants. La seule chose qui est venue à l’initiative de la Linaf et des clubs, c’est de ne pas aller au tirage au sort, comme l’avait suggéré le comité exécutif de la FEGAFOOT. Mais plutôt de faire valoir l’aspect sportif en regardant le nombre de points engrangés par les deux équipes, dans leurs poules respectives « , a affirmé le président de la Linafoot.
 
Bouenguidi à l’arrêt du championnat comptabilise 15 points synonyme du tour préliminaire de la Ligue des Champions et Mangasport, 13 points en Coupe de la CAF.  Mais en D2, les équipes n’ont pas disputé le même nombre de matchs et c’est ce qui justifie la décision de ne pas faire  » descendre des équipes qui n’ont pas fini un championnat ou de faire le statu quo « . En clair personne ne monte personne ne descend.
 
Bouenguidi Sport en Champions league devrait recevoir 80 millions et Mangasport en Coupe CAF 20 millions, à en croire le président de la Linafoot.