Brésil : Plus de licenciement abusif des entraîneurs par les clubs

Brésil : Plus de licenciement abusif des entraîneurs par les clubs

Publié le : / Par

La Confédération brésilienne de football (CBF) siffle la fin de la récréation. En effet, dans un communiqué publié par le président de cette instance Rogerio Caboclo, aucune équipe ne sera désormais autorisée à changer d’entraîneur plus d’une fois au cours de la même saison.

Ceci, en vue de garantir et de permettre aux deux parties d’avoir une relation de travail saine et mature. Rogerio Caboclo et la CBF viennent de faire un grand pas vers l’évolution de ce sport. Prendre une décision pour limiter le nombre de coach à remplacer pendant une saison de championnat n’était pas chose aisée. Décision opportune ? L’on ne saurait le dire. Néanmoins, cette décision selon les propos du président Rogerio, viendra assainir ce milieu. Trop de clubs selon les humeurs se sont permis de faire sauter des entraîneurs.

Durant la saison 2019-2020, seuls 3 équipes sur 20 ont réussi à conserver leur coach jusqu’à la fin du championnat. Par contre les 4 équipes qui sont descendues en division inférieure, elles ont changé au moins à 3 reprises de coach. Une situation qui n’installera certainement pas un climat de stabilité. Ce faisant, la CBF a décidé de mettre fin à ce  »désordre » dans un communiqué. « C’est une grande avancée pour le football brésilien et ce sera bon pour les clubs comme pour les entraîneurs. Cela implique une relation plus mature et permet un travail plus long et plus cohérent. C’est la fin des chaises musicales pour les entraîneurs », a confié Rogerio Caboclo.

Cette restriction entrera en vigueur à partir de la saison prochaine. Aussi, tout club qui veut changer plus d’un entraîneur n’aura pas droit à choisir quelqu’un d’externe mais plutôt quelqu’un qui est de la maison. En outre, tout coach qui voudra démissionner et rejoindre un autre club ne sera en mesure de le faire qu’une seule fois. Rappelons toutefois que la série A brésilienne démarre sa saison à partir du 29 mai pour s’achever en décembre, précisément le 5. D’autres nations pourront-elles s’inspirer de cette décision ?