Bénin : Telle une parole qui libère, la bonne nouvelle est officielle

Bénin : Telle une parole qui libère, la bonne nouvelle est officielle

Publié le : / Par

Enfin le dénouement, diront les passionnés du cinéma, qui ont dû braver les différentes étapes d’un long métrage au point de s’ennuyer. Le maître mot est enfin sorti. Telle une parole qui libère, en faisant référence aux saintes écritures, le ministre des sports du Bénin a confirmé l’intention du gouvernement du Bénin d’ouvrir les stades, comme le spéculent les rumeurs. Le football peut enfin rouler officiellement sur les terres de Dada Béhanzin. Il était temps. Les acteurs sportifs peuvent pousser un ouf de soulagement.

« Depuis quelques heures, le gouvernement du Bénin a décidé de lever les mesures de suspension des activités sportives à l’issue du Conseil des ministres. Ce qui veut dire que nous pouvons reprendre les séances d’entraînement et les compétitions … Ceci doit se faire tout en respectant certaines mesures barrières », a affirmé le ministre des Sports du Bénin Oswald Homeky ce mercredi en conférence de presse.

Dada Behanzin1 Bénin : Telle une parole qui libère, la bonne nouvelle est officielle

Suspendues depuis mi-mars en raison de la propagation du coronavirus, les différentes activités sportives peuvent donc reprendre en République du Bénin après près de dix longs mois d’interminables attentes et de galères pour plusieurs acteurs sportifs. Les principales personnes qui vont se réjouir sont sans aucun doute les athlètes, ceux qui mouillent le maillot. C’est enfin le bout du tunnel. C’est le début de la fin d’un calvaire qui a commencé en mars 2020.

Un petit sondage sur le terrain nous a permis de découvrir des joueurs, des footballeurs pour la majorité, qui vendent de l’essence frelatée, qui sont des peintres, ou qui vivent de différentes activités faites ça et là. La vie misérable que mène certains footballeurs aura enfin un terme. « Je dois des mois de loyer. J’ai dû m’agenouiller pour demander pardon à mon propriétaire pour qu’il me laisse », « J’ai été obligé de repartir chez moi vivre aux dépens de mes parents, malgré mon âge », « Je ne sais même plus combien je dois. Tellement j’ai contracté de petits prêts pour pouvoir survivre que je me perds », nous ont confié quelques joueurs de Ligue 1, avant l’annonce du ministre.

La balle est désormais dans le camp de la Fédération Béninois de Football (FBF). Il faut des dates. Le championnat démarre effectivement quand ? C’est la seule réponse qu’attendent les milliers de férus du cuir rond.

Cette situation devrait aussi faire réfléchir les athlètes. Ils doivent penser à leurs reconversions. La vie après le football se prépare dès aujourd’hui, surtout lorsqu’on connaît les difficultés qu’un pays comme le Bénin a en matière de régularité des championnats depuis un bon moment, et du paiement des salaires au niveau des clubs. Une blessure contractée peut aussi vite les éloigner des pelouses, et ce, pour toujours. Il faut vraiment y penser. Le football de métier n’est pas éternel.