Bénin: Les joueurs se prononcent sur l’annulation de la saison

Bénin: Les joueurs se prononcent sur l’annulation de la saison

Publié le : / Par

La nouvelle est finalement tombée ce mardi. La Fédération Béninoise de Football (FBF) a livré un verdict que tout le monde attendait depuis le 15 juin dernier, celui du sort réservé à la saison en cours au Bénin. Le cuir rond ne va plus circuler pour le compte de cette saison en compétition statutaire de la FBF. C’est ce qu’a décidé la faîtière du football béninois après analyse de la situation sanitaire. Principaux acteurs, que pensent les joueurs de cette décision prise par les dirigeants du football au pays de Patrice Talon ? Ils se sont prononcés au micro de Africa Foot United.

Judicael Agbokou (Gardien de but ASPAC)
« Pour moi, c’était prévisible, du fait que après le 15 (juin 2020), ils n’aient donné aucune décision. Normalement, les clubs doivent reprendre la présaison à partir du mois de septembre, ou août pour certains. Il n’aura donc pas assez de temps si on doit tenir compte de la saison 2019-2020. Encore que, si on prend en considération la hausse des cas de décès et des personnes contaminées ces jours-ci par le coronavirus, je pense que c’est même mieux. C’était la décision à prendre. On est plus fixé maintenant. On va peut-être prendre deux semaines de vacances avant de reprendre avec la préparation. On va commencer par travailler individuellement, avant de reprendre avec le travail de groupe. »
Folly Gros (Gbadoegan (Milieu de terrain Dragons FC de l’Ouémé)
 « C’est un regret d’apprendre cette décision. Il faut noter que c’est une situation qui s’impose à nous tous. On est quand même  obligé de lui faire face, mais tout en continuant le travail pour davantage préparer la nouvelle saison qui s’annonce, car le football ne va pas s’arrêter là. »
Rodrique Gbetokpanou (Défenseur, Energie FC)
« Moi je dirai que la fédé a fait ce qu’elle doit faire pour préserver la santé des joueurs que nous sommes, car le nombre de cas et de décès ne cessent d’augmenter au jour le jour. La situation devenait plus inquiétante. C’est un peu difficile mais on va s’accrocher. Le plus dur est qu’on ne sait pas même quand nous reprenons. »