Bénin: Le public a soif de football 

Bénin: Le public a soif de football 

Publié le : / Par
Le Bénin est sans championnat depuis 9 mois pour raison de la pandémie du coronavirus.
Joueurs, dirigeants de club et supporters se retrouvent privés de leur passion. Après un si long passage à vide, le public ne souhaite que la reprise des activités. L’envie est bien visible chez ces derniers que nous avons rencontrés dans l’enceinte du stade René Pleven d’Akpakpa à Cotonou.
Un après-midi sous un soleil aux rayons adoucis par les nuages d’un ciel bleu qui couvre le haut stade René Pleven à Cotonou. Le temps est beau pour la pratique du football. Un temps qui rappelle l’un de ces jours de match avancé en ouverture d’une journée de championnat de Ligue 1 au Bénin. Dans une enceinte vide du stade s’observe un public d’une vingtaine de fans venus profiter du spectacle qu’offre un tournoi dénommé League des Talents. Un tournoi des vacances destiné à faire la promotion des talents. « Les vendredis, nous sommes déjà habitués à se déplacer ici pour des matchs du championnat. Ce plaisir, on en est privé depuis plusieurs mois. Étant ennuyé à la maison, j’ai préféré venir renouer avec ce plaisir que nous offre ce tournoi bien que l’entrée soit payante. » s’exprime le jeune David assis dans les tribunes les regards fixés sur la pelouse.
Dans un pays où les activités sportives sont suspendues jusqu’à nouvel ordre, des tournois de quartier, des compétitions de gymnastique au profit des écoliers s’organisent. Ceci avec l’appui du Fonds National pour le Développement des Activités de Jeunesse, de Sports et Loisirs. Comme Jean Dossou, ils sont nombreux à penser que leur football est relégué au second rang pour des raisons inavouées. « Voyez pour un tournoi né il y a juste 3 ans l’intérêt que les gens y accordent. L’entrée est payante pourtant les gens y viennent. C’est la preuve que notre football nous manque, nos clubs nous manquent, nos championnats nous manquent. Libérez-nous notre football, on a soif de nos championnats. » lance t-il dans un ton de désolation.
A Quand la reprise des activités? C’est la question que se posent bon nombre de béninois surpris du contraste qui s’observe sur le terrain entre les propos et les actes.  »Ils nous disent qu’il ne faut pas baisser la garde face à la pandémie de coronavirus, qu’il ne faut prendre aucun risque avec nos joueurs raison pour laquelle les championnats tardent à reprendre. Dans le même temps, le Bénin a abrité pendant deux semaines le tournoi UFOA B U20, des compétitions s’organisent au quotidien même sur nos stades sans qu’on ne bronche. Mieux, nos marchés s’animent tous les jours avec des milliers de personnes, nos églises sont ouvertes ainsi que les lieux de culte et nos écoles. Là, on ne nous parle pas de covid-19. Mais quand on parle du sport, on nous plaque au visage l’argument d’une crise sanitaire. Le sport est-il le vecteur de propagation du virus? » devrait se demander Marius Djossou, un retraité de l’administration béninoise.
A la veille de l’Assemblée Générale Extraordinaire de la Fédération Béninoise de Football ce mardi, le public retient son souffle dans l’espoir de l’annonce de la date de démarrage des championnats.