Bénin – Football Féminin : Des clubs seraient passés maître dans l’art de tricherie

Bénin – Football Féminin : Des clubs seraient passés maître dans l’art de tricherie

Publié le : / Par

Ce qui se passe dans le football féminin béninois, selon les rumeurs, mérite au moins un coup d’œil de la part des autorités en charge de cette branche du football au Bénin. A en croire plusieurs acteurs impliqués directement dans la gestion de certains clubs, plusieurs joueuses sont naturalisées de manière frauduleuse, en enfreignant ainsi les règlements qui les régularisent.

Débuté le 25 avril 2021 le championnat féminin de D1 au Bénin aurait renoué avec ses vieux démons. Les anciennes pratiques seraient de retour selon plusieurs témoignages. En quête de résultats imminents, plusieurs clubs auraient naturalisé plusieurs joueuses. Certes la naturalisation n’est pas interdite au Bénin. Mais lorsqu’elle est faite en masse et de manière douteuse, cela amène à se poser des questions. Par exemple, dans quelles conditions sont faites ces naturalisations ? Elles sont faites conformément à la loi en vigueur en République du Bénin ? Ce sont là autant de questions auxquelles devront répondre les personnes impliquées dans cette pratique qui n’honore guère le football béninois.

Les naturalisations massives sont faites pour extrapoler le règlement de la ligue qui limite le nombre d’étranger dans un club de football au Bénin. La solution trouvée par certains clubs est donc de naturaliser certaines de leurs joueuses. En étant béninoises de nationalité, ces filles peuvent jouer en toute quiétude. Si les faits sont avérés, cela constitue un véritable danger pour le football béninois.

Engagée dans les éliminatoires de la CAN 2022, la sélection féminine béninoise est appelée à utiliser ces filles si elles sont sélectionnées. Mais avec quel acte de naissance feront-elles leurs passeports avec l’actuel système mis en place par l’actuel gouvernement dans l’établissement des documents officiels d’identité (Acte de naissance, passeport, carte d’identité, etc). L’histoire des cadets est toujours présente dans le cœur des béninois, et ils ne sont pas prêts à revivre une telle humiliation. Certes on nous dira qu’il s’agit de dispense d’âge. Mais une fraude est une fraude et cela doit être punie avec la dernière rigueur.

Si tous les clubs allaient s’adonner à cette pratique, comment va s’en sortir le football béninois qui lutte pour sortir la tête de l’eau ? Les autorités compétentes doivent voir claire dans cette situation et situer les responsabilités.