Bénin : Deux balles dans les pieds, des supporters en courroux, les dirigeants interpellés 

Scène inédite mercredi (8 juin 2022) au sortir de la défaite du Bénin face au Mozambique (1-0). Le bus des Ecureuils a été caillassé, des joueurs blessés, un acte de frustration de longue durée qui devrait interpeller les dirigeants du football béninois. Retour sur un soir de défaite à Cotonou.

Avatar photo Par 13/06/2022 - 11:50
 Bénin : Deux balles dans les pieds, des supporters en courroux, les dirigeants interpellés  Benin players sing national anthem during the 2021 Africa Cup of Nations Qualifier between Benin and Nigeria at Stade Charles de Gaulle,Porto-Novo,Benin,on 27 March 2021 ©Sports Inc Photo by Icon Sport

Il sonnait un peu plus de 23h (22h GMT), lorsque le bus des Ecureuils a été caillassé par de vils individus furieux. La raison de ce courroux est la défaite « de trop » dans les éliminatoires de la CAN 2023. Les Ecureuils venaient de décevoir une nouvelle fois leurs supporters Les images de cette atrocité sont effroyables.  Des tessons de vitres brisés, du sang, des joueurs blessés, le bilan est fait froid dans le dos. Mais ce fait d’une soirée a des racines bien lointaines.

Deux matchs, deux défaites, le Bénin déjà en danger

Le Bénin s’est tiré deux balles dans les pieds d’entrée. Battus à l’occasion de ses deux premières journées des éliminatoires de la CAN 2023, les Ecureuils du Bénin vont devoir ramper pour aller chercher le précieux sésame qui donne accès à Côte d’Ivoire 2023. La mission est compromise, mais une issue favorable peut-être trouvée, à condition de faire le job.

Une entame complètement manquée

Après la défaite 3-1 concédée en terre sénégalaise le 4 juin 2022, les Ecureuils du Bénin pensait lancer enfin leur campagne qualificative à la CAN 2023 dont la phase finale se joue en Côte d’Ivoire. Mais ils se sont fait bouffer par les Mambas sur leurs propres installations. Face au Mozambique, le Bénin a courbé l’échine 0-1. Absent de Cameroun 2021, le Bénin a pris le chemin d’une nouvelle désillusion avec deux défaites d’entrée en autant de sorties. La bande à Moussa Latoundji est très mal embarquée dans cette campagne. Avec zéro point, elle tient la lanterne rouge du groupe L de ces éliminatoires. Adénon et ses partenaires sont distancés par le deuxième du groupe, le Mozambique, de 4 points.  Un écart énorme qu’ils devront combler. Mais avec un handicap d’une balle dans chaque pied, les « Rongeurs » ont du souci à se faire. Ils n’ont que la moitié de leur sort entre leurs mains.

Le destin des Écureuils dans la main des Lions

La remontada pour le Bénin débute en septembre prochain avec la double confrontation contre le Rwanda. Deux matchs avec un seul objectif : victoire. Non seulement les Écureuils ne doivent perdre aucun de ses deux matchs, mais ils doivent aussi tous les remporter et espérer une double défaite du Mozambique face au Sénégal. Le Bénin a donc son destin entre les mains du Sénégal. En septembre prochain, le Sénégal va rencontrer le Mozambique pour le compte des 3è et 4è journées de ces éliminatoires. En cas de victoire des sénégamais à l’issue des deux matchs, le Bénin pourrait se retrouver à 6 points et retrouver la deuxième place de la poule s’il arrive à battre le Rwanda pour sa double confrontation. Même une victoire et un nul du Sénégal face au Mozambique n’est pas un si mauvais résultat pour le Bénin, mais à condition qu’il gagne le Rwanda après les deux prochaines journées.

La tâche sera plus compliquée si l’une des batailles entre Mambas et Lions tourne à l’avantage des Lusophones. Autant prier côté béninois pour que ce scénario n’arrive pas.

Obligation d’un sans faute par la suite

Après les quatre premiers matchs de ces éliminatoires, le ciel pourrait s’éclaircir ou s’assombrir pour les Rogneurs. Dans le cas où les Sénégalais feraient la première partie du boulot, le Bénin aura donc son destin en main. Il faudra battre ou faire nul avec le Sénégal au Bénin pour s’offrir une finale en terre mozambicaine le 28 mars 2023.

Cette simple mise en scène de la suite pour le Bénin dans ces qualificatifs prouve qu’il faudra braver un vrai parcours de combattants. Une mission difficile, mais pas impossible. Mais si on se réfère aux derniers résultats de cette équipe, il y a de quoi s’inquiéter.

Un peuple frustré

La défaite face au Mozambique est la goutte d’eau qui a débordé le vase. Après avoir subi sans réaction les différents échecs de sa sélection nationale, les supporters, révoltés, ont utilisé la manière forte. Loin de vouloir encourager les violences sur les stades, cette situation devrait interpeller les autorités à divers niveaux. La frustration accumulée ces derniers mois en est pour quelque chose. Pour rappel, les Écureuils avaient besoin d’un point en deux matchs pour valider leur billet pour Cameroun 2021, chose qu’ils n’ont pas pu faire. Ils n’avaient besoin aussi que d’un seul petit pour aller jouer les barrages du Mondial 2022. La déception était au rendez-vous une nouvelle fois, puisque les « Rongeurs » se sont fait bouffer par les Léopards 2-0. Il est clair que les supporters en avaient marre. Lesquels supporters ne veulent pas subir une nouvelle désillusion, celle de voir leur nation manquée la CAN une nouvelle.  Et la colère du mercredi soir devrait interpeller les dirigeants à divers niveaux pour revoir et repenser le football béninois.

Les victoires? Non. La manière? Oui.

En face du Mozambique le mercredi 8 juin dernier, il y avait une équipe béninoise amorphe, sans arme ni âme pour faire face aux Mozambicains. Le même constat a été fait lors du match contre le Sénégal. Au temps du coach Michel Dussuyer, les mêmes reproches étaient aussi de mise. Une équipe peut perdre et produire du jeu ou rendre le peuple heureux. La défaite des Ecureuils U20 en finale du Tournoi UFOA B est la preuve que le supporter béninois sait reconnaître la qualité, et la valeur de son équipe, même s’il y a défaite.

Les jets de cailloux, un acte à bannir

Ceci dit, la violence n’a jamais résolu aucun problème. Les jets de cailloux ou autres projectiles doivent être puni sévèrement. C’est un acte très dangereux qui peut mettre en péril la vie des occupants de ce bus. Il y a mille manières de se faire entendre dans ces genres de situation et la violence n’est pas la meilleure option. Cet acte doit être puni sévèrement avec la dernière rigueur.  Ces individus responsables de ces actes doivent être punis avec la dernière rigueur, car ils n’ont rien à faire sur un stade.

© Africafootunited, 2022 L’utilisation et/ou la duplication non autorisée des contenus, images ou logo de la marque sans autorisation expresse et écrite d’Africa Foot United est strictement interdite. Tout utilisateur qui agit en fraude des présentes avis de droit d’auteur s’expose à des poursuites civiles et pénales par l’éditeur du site.
Avatar photo
Trinité Singbo est un rédacteur web béninois qui travaille depuis 2019 pour africafootunited.com. Scénariste et réalisateur de formation, il a suivi également des formations en journalisme. Il est passionné du sport en général. Son club de cœur au Bénin est Dragons FC de l'Ouémé.
Nos recommandations: