Avant Allemagne -France : Low déjà sous pression

Avant Allemagne -France : Low déjà sous pression

Publié le : / Par

Les deux sélectionneurs  se sont serres la main, ce qui n’est certes pas facile, mais bon c’est toujours un  geste avant le feu vert du jeudi  Un geste anodin. Enfin presque, les manies de Joachim Löw vont pimenter les choses.  Tous les projecteurs  sont sur Low.

Un homme  qui sera  tenu ce jeudi de redessiner  la véritable forme de l’équipe allemande. Son poste  d’ailleurs en dépend. Aura-t-il cette force  de faire le match  qui le mettra   à l’abri d’un éventuel limogeage ? Pas  si sûr « notamment sous  «sous une forte pression! »  La dernière   humiliation   est encre brûlante  et lui colle encore a la peau  ce qui ne  lui  sera pas facile de s’en défaire. Il reconnaîtra avoir commis deux « fautes » dans sa gestion du tournoi en Russie: une « arrogance » tactique, pour avoir voulu jouer un football trop parfait de possession et de « domination absolue », et une incapacité à rallumer « le feu et la passion » qui avaient conduit au titre Mondial au Brésil en 2014. 

« Un entraîneur contraint à faire de tels aveux, s’il n’est pas limogé, sait du moins qu’il doit corriger le tir », commente le magazine Kicker, la Bible du foot allemand.  La  rencontre sera  sa dernière chance pour ce sectionneur   de 58 ans  après 12 ans en poste.  Et d’ailleurs la  (Fédération allemande), on admet — sous couvert de l’anonymat pour l’instant — qu’il est « en sursis ». C’est  aussi  l’avis des supporters qui souhaiteraient le voire partir le plutôt possible.  Selon un sondage réalisé le 29 août par l’institut Civey  seuls 27% des fans de football répondent « oui » ou « plutôt oui » à la question de savoir si l’équipe peut renouer avec le succès avec Löw sur le banc, avec cette  idée en tête qu’il exprime en silence « Nous sommes sous une forte pression »,  « mais je suis convaincu de notre classe et certain que nous allons réussir à nous racheter. Nous prenons cette Ligue des Nations très au sérieux ». 

Pour ce  jeudi il ferait confiance a la même ossature.  Sans compter sur le départ de Mesut Özil qui a préféré faire ses bagage  fin juillet écoulé après la polémique sur ses origines turques.  Restent, Neuer, Hummels, Boateng, Kroos ou Müller.  Que feront-ils face aux champions   « La France n’est pas n’importe quelle équipe, une victoire contre eux serait un pas de géant sur notre chemin pour surmonter notre énorme défaite de cet été », a lâché Thomas Müller, transparent en Russie. « Ceux qui seront là seront totalement motivés, nous avons des choses à nous faire pardonner », a promis pour sa part le capitaine Manuel Neuer.

Les Bleus qui seront  opposés à cette équipe allemande  , championne du monde en 2014.  affronteront un autre gros morceau européen : les Pays-Bas. Il s’agit de deux matchs importants pour les Bleus qui auront à cœur de prouver que leur victoire lors du Mondial n’était pas un accident et qu’ils figurent bien parmi les sélections les plus performantes du moment.