Christine Mboma

Athlétisme – JO Tokyo 2020: Gros coup dur pour la Namibie

Publié le : / Par

En raison du taux élevé de testostérone dans le corps des Namibiennes Christine Mboma et  Béatrice Masilingi, le comité olympique national a annoncé aujourd’hui qu’elles ne pourront pas disputer le 400 m aux prochains JO de Tokyo. Leurs noms ne figurent pas de ce fait sur la liste des athlètes des jeux.

Gros coup dur pour l’athlétisme Namibien. Deux pépites et grands espoirs de l’athlétisme africains, voire mondial ne seront pas aux JO sur le 400m en raison d’un taux de testostérone trop élevé. Le seuil maximal exigé par World Athletics est de 5 nmol/L de sang) pour être apte à concourir dans la catégorie femmes du 400 m au mile (1609 m). Ce sont des critères établis par  World Athletics depuis 2019. Ce taux est visiblement dépassé dans l’organisme des deux athlètes, ce qui justifie l’absence de leurs noms sur la liste. « Les résultats de ces tests indiquent qu’elles ont toutes les deux un taux naturellement élevé de testostérone. En raison des règlements de World Athletics, elles ne pourront pas participer aux épreuves allant du 400 m au mile. »

Dans un communiqué, le Comité Olympique Namibien (NNOC), a confirmé l’information ce vendredi. « Le NNOC et notre directeur médical sont en contact étroit avec le Dr Stéphane Bermon, directeur médical de World Athletics pour adopter la meilleure attitude concernant nos deux sprinteuses. Nous sommes confiants quant à leur avenir d’athlètes d’élite. Ce qui se passe ne doit pas être perçu négativement mais comme un nouveau défi […] »

Mercredi dernier à Bydgoszcz, Christine Mboma avait même établi la 7ème performance de tous les temps au 400m avec un chrono de 48″54. Quant à Béatrice Masilingi, elle a couru la même distance en 49″53. Les seules alternatives pour elles, sont les petites distances, le 100m et le 200m notamment. Selon leur coach Henk Botha, elles vont se concentrer sur le 200m.

Plusieurs athlètes sont dans la même cas que les deux Namibiennes et même sont devant les tribunaux pour cette raison. L’une d’entre elles est la Sud-Africaine Caster Semenya. Malgré son statut de double médaillée d’or Olympique, elle ne pourra pas défendre son titre à Tokyo. Elle essaie en vain le 5000m depuis, tout en étant devant les tribunaux pour avoir gain de cause.