Athlétisme – Carnet noir : La légende Lee Evans s’est éteinte

Athlétisme – Carnet noir : La légende Lee Evans s’est éteinte

Publié le : / Par

Le monde de l’athlétisme pleure la disparition de Lee Evans. L’Américain, grande figure de l’athlétisme est mort ce mercredi à l’âge de 74 ans.

Mercredi noir pour l’athlétisme américain et mondial. Lee Evans, double champion olympique du 400 m et du 4×400 m aux JO de Mexico en 1968 a rejoint le monde des immortels dans la soirée de ce mercredi 19 mai, des suites d’un accident vasculaire cérébral. Selon le journal californien San Jose Mercury News, c’est au Nigeria que Lee Evans a plongé le monde de l’athlétisme dans une immense tristesse.

Durant sa carrière, Lee Evans a réalisé des exploits irrationnels.
Doté d’un génie dès le bas âge, Il sera le premier athlète à faire moins de 44 secondes sur le tour de piste (43″86), à Mexico, à l’époque il était seulement âgé de 21 ans. Ce n’est que deux décennies après, qu’Harry Butch Reynolds bat son record en 43 »29.

Outre sa carrière professionnelle sur les pistes d’athlétisme, Lee Evans a également marqué positivement sa génération dans sa fonction d’activiste. Il faisait partie notamment des membres fondateurs du « Olympic Project for Human Rights ».

Evans ne doit pas seulement sa renommée à ses exploits sur la piste mais aussi à son rôle d’activiste. Il était un membre fondateur du « Olympic Project for Human Rights ». Il a failli se retirer de la finale du 400 m après le renvoi des JO de Tommie Smith et John Carlos suite à leur fameux salut le poing ganté de noir à l’issue du 200 m. Après la finale du 400 m, Evans et ses compagnons de podium, les Américains Larry James et Ron Freeman, montèrent les marches en portant un béret noir, en hommage aux Black Panthers. Ils enlevèrent leurs bérets durant l’hymne.

Après avoir abandonné les pistes, Lee Evans est devenu un célèbre entraîneur non seulement dans son ancienne université de San José (Californie), mais aussi hors des frontières américaines. Il a exercé sa nouvelle fonction d’entraîneur dans au moins 18 pays au monde, tels que le Nigeria et l’Arabie Saoudite.

Lee Evans respirait l’athlétisme, ce sport qui a fait de lui une icône, qui restera éternellement dans la mémoire mondiale.