Assemblée Générale de la fédération malienne : une sortie de crise pas encore définitive!

Assemblée Générale de la fédération malienne : une sortie de crise pas encore définitive!

Publié le : / Par

 

Le plus dur est passé avec la réussite de l’Ag du 15 juin. Mais le Mali fera encore face au mois d’août aux démons qui minent son football depuis quelques années.

MissDiacs

C’est tout heureux que le Mali ait accueilli la réussite de l’Assemblée générale qui a sauvé ses aigles d’une disqualification à la Can avant le coup d’envoi. Mais pour que les acteurs du football malien puissent en arriver à un consensus à l’issue de l’Assemblée générale du 15 juin, il a fallu des mots forts. 

 

« Les egos de chacun, les intérêts personnels devront être mis de côté pour redonner dans l’intérêt commun une base structurelle au football malien pour qu’il soit conforme aux exigences de la FIFA ». Avec cet appel de Varon Mossengo OMBA, émissaire de la FIFA, la voie que devait prendre l’AG avait été déjà donné. Mais nul doute que la crise et profonde en atteste le temps qu’elle a duré, les efforts consentis pour sa résolution sans succès.

Alors Mahamadou SIDIBE, représentant du ministre de la jeunesse et des sports est revenu à la charge. « Pour quelques ambitions que ce soit, nul n’a le droit de s’opposer à ses rêves. Chers Délégués vous devez incarner l’espoir des jeunes et des millions de Maliens férus de football ». Et comme si cela ne suffisait pas, Antonio Souaré superviseur de la Caf ajoute : « Je vous appelle à un devoir, en sortant d’ici, c’est le Mali qui en être grandi et non une personne. »
Face à l’insistance sur la nécessité de tout faire pour sauver le football malien, les délégués n’ont pas eu un autre choix que de se conformer aux exigences de la Caf. Mais non sans débat. 

Si les délégués n’ont pas eu à redire sur l’exécution des recommandations de la TAS et l’adoption des nouveaux textes de la fédération, la question du quorum a bien constitué un point d’achoppement. Il a fallu l’intervention du ministre des Sports trempés de patriotisme et de responsabilité pour faire comprendre aux parties prenantes la gravité de l’heure. Après plus de 12 h de débat de discussion et d’échanges, les différentes parties prenantes se sont tenues à carreau pour laisser passer la volonté de la FIFA. Au final, une victoire pour le football malien. 

Mais cette posture des dirigeants pourrait bien être pour des intérêts. En effet en s’accordant sur l’essentiel et tenir une AG sans heurt, les participants à L’AG ont permis de sauver l’équipe nationale d’une non-participation à la coupe d’Afrique des nations 2019. En outre, le Mali semble vouloir rentrer dans les grâces de la FIFA, se fiant aux propos de son émissaire. « Le président meurt d’envie de venir visiter ce beau pays de football qui est le Mali. Mais comment pourrait-il venir si cela fait 2 ans que le championnat ne se joue pas. Chers Membres, chers délégués, Après l’AG de ce jour, la FIFA ne fera que tirer les conséquences de vos choix ou de vos non-choix pour ce qui la concerne », leur a-t-il dit.

La Fédération a marqué un point en réussissant une Ag sans heurt. Mais une autre échéance à enjeu est à venir. Une assemblée élective est prévue en août prochain pour élire un nouveau bureau. Les démons pourraient bien refaire surface, surtout si on sait que l’union a été acquise dans la peine.