AS Saint-Étienne : Ryad Boudebouz égale Rachid Mekhloufi et talonne Kader Ferhaoui

En entrant en jeu contre les Girondins de Bordeaux mercredi soir, Ryad Boudebouz a disputé son 341eme match en ligue 1 française. Ceci faisant, il est venu à hauteur de Rachid Mekhloufi. Ryad Boudebouz a disputé mercredi avec l’AS Saint-Étienne son 341eme match en ligue 1 française. Il égale du coup le record de Rachid […]

Avatar de Merzak Tigrine Par 23/09/2021 - 11:06
Ryad Boudebouz Ryad BOUDEBOUZ - crédit photo: Icon Sport

En entrant en jeu contre les Girondins de Bordeaux mercredi soir, Ryad Boudebouz a disputé son 341eme match en ligue 1 française. Ceci faisant, il est venu à hauteur de Rachid Mekhloufi.

Ryad Boudebouz a disputé mercredi avec l’AS Saint-Étienne son 341eme match en ligue 1 française. Il égale du coup le record de Rachid Mekhloufi, l’illustre maître à jouer du club stéphanois durant les années 50 et 60 et n’est plus qu’à deux matches du record absolu détenu par l’ex-international algérien Kader Ferhaoui. Ce dernier, qui a fait l’essentiel de sa carrière à Montpellier Hérault a disputé 343 matches.

Ryad Boudebouz (31 ans), qui a décliné l’offre de Raymond Domenech (de l’aveu même de ce dernier)، alors sélectionneur de l’équipe de France, pour disputer le mondial de 2010, préférant le jouer avec l’Algérie, est bien parti pour battre le record de Kader Ferhaoui.

© Africafootunited, 2022 L’utilisation et/ou la duplication non autorisée des contenus, images ou logo de la marque sans autorisation expresse et écrite d’Africa Foot United est strictement interdite. Tout utilisateur qui agit en fraude des présentes avis de droit d’auteur s’expose à des poursuites civiles et pénales par l’éditeur du site.
Avatar de Merzak Tigrine
Juriste de formation (licence en droit) et études en interprétariat (français-allemand-arabe). Journaliste (27 ans) au quotidien algérien Liberté. Couverture de trois jeux olympiques (Atlanta 1996, Athènes 2004 et Pékin 2008), et championnat du monde d'athlétisme (Edmonton 2001), jeux africains Harare 1995.
Nos recommandations: