SXMesEjIZEgXQDQj3MZi Après une heure trente de palabres : l'Espérance de Tunis déclaré Champion d'Afrique!

Après une heure trente de palabres : l’Espérance de Tunis déclaré Champion d’Afrique!

Publié le : / Par

 Ceci, à cause d’une histoire de VAR en panne et indisponible bien avant la rencontre.La responsabilité est partagée entre les responsables de l’EST, ceux de la CAF et bien évidement l’arbitre directeur du jeu qui a été dépassé par ce fait inédit et surtout scandaleux.

Pourtant sur le terrain tout a bien débuté, les joueurs de l’ES Tunis prennent d’assaut l’équipe du Wydad qu’elle domine parfaitement, mais la défense et le gardien de but du WAC, Ahmed Reda Tagnaouti tient bon.

Belaïli ! Très bien trouvé par Badri dans la surface, il manque le cadre alors qu’il était aux six mètres, lui aussi ! L’ouverture du score était proche, sur ce coup !

Mais ce n’est que partie remise puisque sur une passe de Ben Mohamed, Belaïli mystifie le gardien de but du Wydad, Tagnaouti, d’une superbe frappe enroulée du droit (41’)! L’Espérance de Tunis trouve enfin la faille et rejoint les vestaires avec un leger avantage au score.

De retour des vestiaires, les Marocains reviennet avec d’autres intentions en bousculant les espérantises dans leur camp.

Belaili écope d’un cartan jaune aors qu’El Hassouni est bien  servi tout seul dans la surface, mais sa reprise rate le cadre de peu !

Les joueurs de l’ESTunis reculent de plus en plus pour gérer ce leger avantage.

Mais, voilà qu’el Karti marque le but égalisateur de la tête (59’), mais, semble t-il l’abitre du match Bakary Gasssama le refuse pour hors jeu.

Pourtant sur les images, le but semble pourtant tout à fait valable ! Puis s’ensuit une situation insolite: le match est interrompu depuis plus de 45mn! L’arbitre refuse d’utiliser l’arbitrage vidéo (prétextant une panne de dernière minute!), tandis que les Wydadis refusent de poursuivre la rencontre. L’ambiance est tendue aussi bien sur la pelouse que dans la tribune officielle où se trouvent les haut responsables de la Caf avec à leur tête le président de la Caf, Ahmad Ahmad.

Jamais dans l’histoire du football mondial une telle situation n’a eu lieu. Le match est interrompu durant pas moins d’une heure.

On reste dans une impasse sur la pelouse de ce stade olympique de Radès…

Les discussions se poursuivent entre l’arbitre de la rencontre et les différents acteurs.Les joueurs du WAC ne semblent pas décidés à reprendre le match.

El Haddad est absolument furieux, il semble vouloir s’expliquer avec un membre du staff adverse.

Ça reste très tendu sur la pelouse…

.L’arbitre appelle les deux capitaines pour tenter de calmer les esprits.

M. Gassama à l’air d’être en train d’écouter son oreillette…

Les joueurs du Wydad sont fous de rage. M. Gassama n’a pas fait appel à la VAR alors que la vidéo aurait très probablement validé le but d’el Karti.

C’est la confusion la plus totale au stade olympique de Radès d’autant que le temps réglementaire s’est écoulé, et toujours aucune décision de prise.

Il y eut par la suite beaucoup de mouvements sur la pelouse avant que le président de la CAF Ahmad Ahmad ne discute avec les responsables des deux équipes. Puis il se dirige vers les arbitres pour discuter avec eux aussi. Ahmad Ahmad retourne dans la tribune officielle. Il semble que le match va reprendre, mais, peine perdue. Rien ne filtre sur les discussions entre les concernés et le match est toujours interrompu.
Les responsables des deux formations ainsi que ceux de la Caf discutent sur l’éventualité du report du match et décider d’une nouvelle date.

Un officiel  fait son retour sur la pelouse et discute avec les arbitres.

Finalement le match ne se poursuivra pas.

Et une heure trente après son interruption, l’arbitre directeur du jeu, Gassama siffle la fin du match mettant ainsi un terme à la rencontre.

Et l’ES Tunis, est déclarée vainqueur de ce match retour décisif (1-0) après le match nul arraché à Rabat il y a une semaine (1-1).

Le manque de rigueur des responsables de la Caf ternit l’image du football africain qui rentre dans l’histoire de la VAR par la très très mauvaise porte…