APRÈS LE FASTE DE 2017 :LE PSG FAIT DANS LE « SAVING » POUR CONSTRUIRE UNE ÉQUIPE !

APRÈS LE FASTE DE 2017 :LE PSG FAIT DANS LE « SAVING » POUR CONSTRUIRE UNE ÉQUIPE !

Publié le : / Par

Par Djazia Safta

Au dernier jour du mercato, le PSG a enregistré deux arrivées et deux départs. Mais, aucun milieu de terrain n’a rejoint Paris, au grand dam de Tuchel.Il manque toujours au PSG un remplaçant au jeune retraité Thiago Motta, qui occupait le poste, ô combien décisif, de sentinelle. »Nous avons perdu avec Thiago Motta un joueur avec beaucoup de personnalité, de qualité » et il était « très difficile » de lui trouver un successeur de même niveau, a reconnu vendredi Tuchel devant la presse.

Il est vrai  aussi que le club de Nasser Al-Khelaïfi a attiré la légende italienne Gianluigi Buffon, en fin de contrat à la Juventus. C’est une belle prise de guerre qui n’a rien coûté à l’acquisition. Mais, il a 40 ans et est suspendu pour les trois premiers matches de Ligue des champions.

Le PSG a également recruté l’Allemand Thilo Kehrer (21 ans), défenseur venu de Schalke 04 contre 37 millions d’euros. Ce dernier présente une possible plus-value à la revente dans le futur. Le prédécesseur de Tuchel, Unai Emery, avait connu un premier mercato semblable à son arrivée sur le banc des champions de France, à l’été 2016. Au final, les paris Jesé (Real Madrid), Hatem Ben Arfa (Nice) et Grzegorz Krychowiak (Séville) ont été autant d’échecs; seuls les achats de Giovani Lo Celso (Rosario Central/prêté au Bétis Séville) et Thomas Meunier (FC Bruges) ont été payants.

Heureusement, le PSG d’aujourd’hui n’est plus celui de la saison 2016/2017

L’équipe s’est offert deux stars de la planète foot il y a un an, en chipant Kylian Mbappé et Neymar, à Monaco et au Barça respectivement, contre un chèque total de plus de 400 millions d’euros.

Freiné par le spectre du fair-play financier, le club parisien a tenté de limiter les dépenses et de construire une équipe qui pourrait faire face en C1 contre le Liverpool, Naples (coaché par Carlo Ancelotti, ex-entraîneur du PSG, ancien club d’Edinson Cavani) et l’Etoile rouge de Belgrade, connue pour son ambiance de feu à domicile. « Ça va être trois gros matches avec trois ambiances très chaudes », reconnaît le défenseur Presnel Kimpembe. Mais « c’est mieux, ça nous met dans le bain directement », dit celui qui a participé à la dernière aventure européenne du PSG, éliminé en huitième de finale face au Real Madrid, futur vainqueur.

Le groupe de C1 est « très difficile », insiste Tuchel, particulièrement méfiant à l’égard du Napoli dirigé par Ancelotti, ancien vainqueur de l’épreuve avec l’AC Milan en 2003 et 2007, puis avec le Real Madrid en 2014.

« C’est toujours compliqué de jouer face à une équipe italienne en Champions League, les équipes italiennes sont toujours préparées tactiquement, c’est super compliqué et très difficile »,  a estimé l’ancien entraîneur du Borussia Dortmund. Mais ce ne sera, sans doute, pas simple non plus face à Jürgen Klopp le 18 septembre prochain. C’est là que le mercato parisien sera définitivement jugé.