Habitué à évoluer dans le 4-4-3, Aliou Cissé, sélectionneur national du Sénégal a imposé un nouveau 3-5-2 de jeu à ses joueurs qui peinent à assimiler.

SÉNÉGAL : 3-5-2 L’OBSESSION D’ALIOU CISSÉ

Publié le : / Par

Aliou Cissé avait une idée derrière la tête à l’abordage de la trêve internationale bouclée, mardi dernier (23 et 27 mars). L’ancien capitaine des Lions de la génération de 2002 ne voulait pas rendre la tâche facile aux revenants. Visiblement, faire évoluer ses joueurs dans ses fondamentaux, le système 4-4-3 paraissait facile pour le boss des Lions. D’où le choix du 3-5-2 expérimental.

Ça a coincé avec une équipe bis face à l’Ouzbékistan. Un but encaissé avant de courir après le score. Des individualités qui se révèlent à l’image de Santy Ngom, mais beaucoup de déchets techniques. La transmission coupée entre les lignes. Les Lions étaient méconnaissables. Aliou Cissé a récidivé face à la Bosnie Il ne fallait pas vendre la peau des Dragons (ndlr : nom de l’équipe nationale de football de Bosnie) avant de les affronter. Aliou Cissé en était bien conscient. Pour s’offrir une victoire conséquente pour le moral, l’ancien coéquipier d’Elhadji Diouf a maintenu son schéma tactique le 3-5-2, bien que pas assimilé.

 La défense est reconstituée à trois avec des colosses, Papy Djolobodji (1m92), Kalidou Koulibaly (1m95) et Salif Sané (1m94). Une sentinelle visiblement mise en place pour noyer Edin Djeko (1m92). Mais, le seul contact direct avec l’ancien buteur des Citizens est arrivé avec Kalidou Koulibaly sur un pressing dans l’entrejeu (24’). C’était sans doute une stratégie .De visu le schéma 3-5-2 devait permettre au Sénégal d’étoffer son entrejeu. Et non. L’impression était que les Bosniaques étaient plus nombreux pourtant en infériorité numérique puisqu’ils évoluaient dans un système de 4-4-3. Coupé ainsi entre les lignes, le Sénégal se montre tout de même dangereux sur les contres. Mais, l’attaquant de Liverpool a traversé cette rencontre par son ombre. Sa contreperformance est sans doute due au fait d’être confinée dans un schéma en application. Pour l’heure, ce système fait débat et ne semble pas être l’unanimité chez les observateurs.