Le président de la Fédération congolaise de football association (Fécofa), Constant Omari, et 3 de ses collaborateurs sont poursuivis par la justice congolaise, pour un soupçon de détournement de près d’un million de dollars américains, destiné à l’organisation des matchs amicaux des équipes nationales du Congo.

RDC : OMARI REMIS EN LIBERTÉ POUR RAISON DE SANTÉ

Publié le : / Par

 Par : Marie Louise MAMGUE

Le président de la Fédération congolaise de football association (Fecofa) et vice-président de la Confédération africaine de football (Caf),  Constant Omari, est poursuivi pour détournement de fonds, destinés à l’organisation de  quatre matchs amicaux des équipes nationales de football du Congo. Des poursuites qui visent également son vice-président, Théobald Binamungu,  son directeur financier, Roger Bondembe, et le  secrétaire général aux Sports Barthelemy Okito. Ses  trois derniers   sont placés  en garde à vue depuis mardi dernier. Après une nuit de détention,  le  président de la fédération, lui, a été libéré après plusieurs heures d’auditions, mercredi dans la soirée, selon la presse congolaise, pour des raisons de santé. Cependant, il restera tout de même à la disposition de la justice.

Ce jeudi 19 avril 2018,  Constant Omari et ses coaccusés devaient subir une autre audition déterminante dans cette affaire  au Parquet général de Matete, à Kinshasa, la capitale congolaise. « Ils seront interrogés sur l’utilisation des fonds publics dans l’organisation des rencontres sportives des équipes nationales de football et des clubs engagés aux compétitions africaines », a confié un magistrat à l‘Afp. Ses quatre hauts dirigeants sportifs du football congolais, sont accusés d’un détournement d’environ un million de dollars américains. Une plainte initiée par  Luzolo Bambi, conseiller spécial du Chef de l’Etat en matière de lutte contre la corruption,  le terrorisme et les blanchiments des capitaux.  Toujours dans le cadre de cette affaire, le Ministre des sports et loisirs, Papy Niango,  tutelle de la fédération, était également  attendu ce jeudi  pour donner sa version des faits. Il s’est  opposé, quelques mois plutôt,   au décaissement du budget qui devait servir aux préparatifs des rencontres des Léopards seniors, U17 et U20, jugé exorbitant. Cependant, le Pasteur Amos Mbayo Kitenge, conseiller du ministre Papy Nyango chargé des finances, qui joue pourtant un rôle important dans cette affaire, est introuvable.

La  Fecofa de son côté  évoque la thèse d’un complot. Elle soutient d’ailleurs  que cette somme n’est jamais arrivée dans les caisses de la Fédé, a-t-elle confiée à la presse congolaise. Dans un communiqué de presse, la commission de Gestion de la Ligue nationale de football, annonce la « suspension » de toutes ses activités jusqu’à nouvel ordre, en solidarité avec le Président de la Fécofo. En attendant la décision de justice, les regards sont  tournés vers  la CAF, qui n’a encore fait aucune déclaration. En effet,  même si cette affaire n’implique pas directement l’instance faitière du football africain, elle touche néanmoins un membre important du bureau exécutif, Constant Omari, son 1er vice-président. Également membre du comité exécutif de la Fédération internationale de football (FIFA).

 

OMARI REMIS EN LIBERTÉ POUR RAISON DE SANTÉ

Interpellé mardi soir, le président de la Fédération congolaise (Fecofa), Constant Omari, a  été remis en liberté mercredi soir. Il s’agirait  d’une décision prise pour des motifs de santé, le dirigeant sortant d’une période de convalescence. En tout cas, Omari était attendu ce jeudi à la première heure au parquet afin de reprendre les auditions. 

 

La LINAFOOT JOUE L’APAISEMENT

La Ligue nationale de football en RDC (LINAFOOT) fait machine arrière. Rassurée par la libération provisoire du dirigeant mercredi soir, l’instance a annoncé un retour à la normale. « Les clubs et les officiels sont invités à prendre toutes les dispositions pour la poursuite de la XXIIIe édition du championnat national », indique-t-elle dans un communiqué.