Une semaine après la campagne de séduction du Comité de Normalisation de la FECAFOOT, Idriss Carlos KAMENI, Allan NYOM et Eric Maxime CHOUPO MOTING regagnent la tanière

Lions Indomptables, le retour des « têtes brulées» se confirme

Publié le : / Par

Notre correspondant au Cameroun : Julien ALAMBA

 

Le Comité de Normalisation de la FECAFOOT, très critiqué après la prorogation de son mandat jusqu’au 31 Aout 2018, a dribblé l’opinion publique pour se retrouver sur un terrain où on l’attendait le moins. Celui de la sélection des joueurs. En route pour le symposium Caf sur le football féminin au Maroc, le Président dudit Comité Me Dieudonné HAPPI a rencontré à Paris une douzaine de joueurs qui n’étaient plus en odeur de sainteté avec l’équipe nationale fanion du Cameroun, pour un éventuel retour dans le groupe. Il en est ainsi de Samuel ETO’O Fils (ancien capitaine).

       La montagne a accouché des premières « souris-lions », à savoir Idriss Carlos KAMENI (34 ans), Allan NYOM (30 ans), Jean Armel KANA BIYICK (29 ans), Eric Maxime TCHOUPO MOTING (29 ans) et André ONANA (22 ans). Tous ont été convoqués par l’entraineur national par intérim, Alexandre BELINGA, pour le match amical du 25 Mars prochain, contre le Koweït. L’initiative du comité de normalisation s’inscrit dans le cadre d’une opération baptisée, « campagne de réconciliation de certains joueurs camerounais avec l’équipe nationale masculine A ».

En présentant sa première cuvée à la presse, ce mardi 12 mars 2018, l’entraineur sélectionneur par intérim a suivi la ligne de conduite tracée par le président du Comité de Normalisation de la FECAFOOT. Alexandre BELINGA déclare : « si j’ai un joueur de 40 ans qui peut me donner le résultat et gagner la CAN (2019), moi je vais l’appeler. Maintenant, s’il y a également un jouer de 17 ans ou de 16 ans qui peut aussi me donner le résultat, je vais faire appel à lui ».  Malgré la nuance, il est désormais clair que le retour en grâce de Samuel ETO’O Fils (37 ans) n’est plus qu’une question de temps. La raison officielle c’est d’avoir la meilleure équipe possible afin de conserver le trophée de la CAN en 2019 au Cameroun. L’opinion publique est divisée à ce sujet. S’il y a des supporters qui ne cachent pas leur impatience de revoir le quadruple ballon d’or africain sous les couleurs des Lions Indomptables, force est de reconnaitre que la plupart des observateurs avertis redoutent l’effet contraire.

Ces résurrections à tète chercheuse disent –ils, sont de nature à créer plus de problèmes. Il y a déjà le casse-tête des gardiens de but, avec KAMENI qui aura du mal à accepter d’être la troisième solution après ONDOA et ONANA. Et la réintégration de Samuel ETO’O qui va sans doute relancer la polémique sur le capitanat. Sur la liste des 23 joueurs convoqués, on note les absences des anciens cadres, Nicolas NKOULOU, Stéphane MBIA, Joël MATIP, Aurélien TCHEDJOU et Alexandre SONG BILLONG. L’entraineur BELINGA dit à ce sujet que la porte reste ouverte, et que « la sélection nationale fanion appartient aux joueurs les plus en forme du moment ».

      Le nouveau feuilleton Lions Indomptables ne fait que commencer. D’autres rebondissements sont prévisibles avec l’appel à candidature pour le recrutement d’un nouvel entraineur sélectionneur. Le portrait robot dressé par le Comité de normalisation exclu les nationaux de la course. L’arrivée annoncé d’un expatrié pourrait compliquer le projet des nostalgique qui envisage la nouvelle dynamique avec le passé. Un entraineur professionnel de haut niveau compose davantage avec les forces montantes et les jeunes talents. C’est ce qui manque le moins au Cameroun, pays du football.