Le Sénégal est parmi les 5 équipes africaines qualifiées au mondial 2018 prévu en Russie. Un exploit dans le haut niveau. Mais le football local du pays d’Elhadji Diouf, double Ballon d’Or africain, reste toujours un « nain » sur le continent. Paradoxal.

FOOTBALL SENEGALAIS Double visage et le grand paradoxe

Publié le : / Par

De Dakar: Soufiane Touré

C’est une incongruité de parler du football africain, du moins, aujourd’hui, sans évoquer le Sénégal. Pourtant, zéro trophée glané sur le continent. Le pays de la Téranga se targue, tout de même, d’être finaliste lors de la CAN 2002 au Mali, de deux participations au mondial (2002 et 2018, bientôt) dont une placede quart-finaliste, lors de sa première expérience. Dans le volet des clubs, la meilleure performance en Afrique est à mettre à l’actif de la Jeanne d’Arc de Dakar, demi-finaliste en 2004. Ironie du sort, pour mauvaise gestion, ce club mystique végète aujourd’hui en National (3 e Division). 
Depuis on se cherche et encore..

Le foot local est à genou 

Ce qui devrait être sa force est devenue sa faiblesse. C’est l’un des pays de l’Afrique, Sub-saharien, le mieux organisé en termes de formation. Deux grands Centres de formation, notamment Diambars et Génération Foot sont les grands pourvoyeurs de l’équipe nationale A, mais aussi du foot local 
qui s’est professionnalisé depuis 2009. Les Championnats populaires communément appelés Navetanes, plus attractif que le Championnat d’élite, reste aussi un grenier.En vain. Les clubs sénégalais ne comptent pas parmi les meilleurs du continent. 

Ces deux dernières années, le Horoya AC de Guinée​s’est illustré comme leur bête noire. La formation du richissime homme d’Affaires guinéen, Antonio Souaré a éliminé respectivement l’AS Douanes (2016) et l’US Gorée (2017) au premier tour des éliminatoires de la Ligue africaine des Champions. La prophétie ne s’arrête pas là. Génération Foot, club de formation de Sadio Mane de Liverpool, dernière équipe sénégalaise à dépasser le premier tour se dresse sur le chemin des Guinéens. C’est plus qu’un défi. 

Un géant à l’international 

Il y a un flux massif et important de joueurs sénégalais à l’extérieur, presque tous les ans. Cet exode, le Sénégal en profite bien, bien qu’il soit à l’origine du régime sec du football local, parce qu’il n’y a aucune politique pouvant retenir la crème. Le pays de Macky Sall est devenu ainsi le troisième pays africains pourvoyeurs de talents, derrière le Ghana et le Nigeria (leader) dans les 5 grands Championnats: Premier League, Liga, Seria, Bundesliga et Ligue 1. 

Selon, l’Observatoire du football du Centre International d’Etude du Sport (CIES), le pays du regretté Jules François Bocandé a enregistré 71 expatriés dans ces championnats en 2017. 

Ces joueurs, la quasi-totalité, ainsi que les binationaux sont les plus grands atouts des Lions. Ils sont étincelants en Europe à l’image de Sadio Mané qui est aujourd’hui, l’une des figures de proue du football africain.