DOSSIER : COMMENT LA FIFA VEUT ÉCARTER LE MAROC

Publié le : / Par
maroc 2026 DOSSIER : COMMENT LA FIFA VEUT ÉCARTER LE MAROC
 
Dossier par William Tchango :

A quelques semaines de la période d’évaluation des candidatures à l’organisation du Mondial de 2026, l’instance faitière du football mondial a modifiée unilatéralement les critères de notation. Une attititude d’indignation qui suscite le courroux du continent à travers son royaume chérifien candidat fringuant face au trio formé par les Etats-Unis, le Canada et le Mexique.

La Fédération internationale de football association (FIFA) aurait déjà choisi son candidat pour l’organisation de la Coupe du Monde 2026, la première de l’histoire à 48 équipes. C’est en tout cas ce que redoutent le Maroc et l’Afrique entière. Dans une lettre adressée à Giani Infantino et dont l’AFP a pu avoir copie, Fouzi Lekjaa, le président de la fédération de football de marocain s’insurge contre l’introduction dans le système de notation, de nouveaux critères techniques qui ne figuraient pas dans les prescriptions transmises initialement par la FIFA. Ce nouveau système de notation a été transmis le 14 mars à 16h18 « soit moins de 24heures avant le dépôt du dossier technique de la candidature marocaine » et « à peine plus de 48 heures avant la date limite réglementaire de dépôt du 16 mars 17heures », selon cette lettre.

Celui-ci impose de nouvelles règles et modifie les « jauges d’hôtels ». Il introduit pareillement une taille minimale pour les villes hôtes, un risque de durabilité pour les stades, une capacité minimale pour les aéroports et une distance maximale entre l’aéroport et la ville-hôte, selon le document daté du 25 mars. Le Maroc, candidature africaine qui fera face à la candidature conjointe des Etats-Unis, du Canada et du Mexique a présélectionné 12 villes hôtes et prévoit au Final 12 stades, dont cinq existants à moderniser et trois ultra-modernes à construire.

Le trio d’en face s’appuie sur 23 villes présélectionnées (dont 4 canadiennes et 3 mexicaines), pour 16 villes candidates au final avec des stades d’une capacité moyenne de 68.000 places, « déjà construits et opérationnels ». Les deux dossiers seront notés au cours de la descente d’une commission d’évaluation sur le terrain. Une commission, qui aura le pouvoir d’écarter automatiquement une candidature si elle l’estime insuffisante. Ce pouvoir étendu accordé à ladite commission est d’ailleurs à l’origine de nombreuses critiques.

Le pays organisateur du Mondial 2026 sera connu le 13 juin 2018 à Moscou en Russie, à la veille de l’ouverture du Mondial Russie 2018. Le Maroc estime les retombées économiques potentielles de la Coupe du Monde 2026 à 2,7 milliards de dollars avec la création de 110.000 emplois, selon le Comité de candidature. Mais avec ce revirement servi par la FIFA, l’on craint que l’instance que dirige l’italo-suisse Giani Infantino ait déjà pris faits et causes pour la candidature nord-américaine. Lorsqu’on sait le contexte qui l’a conduit à la tête de l’institution, on en doute pas fort.