Auréolé de leur couronne de championne et de vice-championne acquise au 60m féminin du dernier championnat du monde d’athlétisme indoor Birmingham, Murielle Ahouré et Marie Josée Ta Lou venues présenter leur médaille à la nation ivoirienne, ont livré les secrets de leursuccès avant d’éclaircir la lanterne sur les soupçons de mésentente entre elles.

COTE D’IVOIRE / TA LOU MARIE JOSÉE ET MURIELLE AHOURE À CŒUR OUVERT… « L’AFRIQUE AUSSI A DU TALENT »

Publié le : / Par

De Abidjan : Moya Dia 


–  Africa Foot United : Après un passage à vide durant les dernières compétitions, vous êtes aujourd’hui championne du monde du 60m féminin indoor, peut-on parler du grand retour de Murielle Ahouré ?
   Murielle Ahouré : Oui absolument avec la prière et le soutien de tout mon staff, j’ai pu revenir à mon meilleur niveau. Ça n’a pas été facile, mais c’est surtout grâce aux séances d’entrainement acharné.

–  Africa Foot United : Vous nous confiez en off que vous êtes heureuse de voir Murielle revenir au premier plan, elle qui a ouvert la voie. Est-ce que son retour est une source de motivation pour vous ?
   Marie Josée Ta Lou : Oui exactement. Ça prouve qu’on doit toujours travailler dur pour arriver à son niveau. J’espère que cette saison sera l’une de nos plus belles saisons. Pour qu’ensemble on puisse encore ramener des médailles et battre de plus en plus de record.

 –  Africa Foot United : Dans quel état d’esprit vous avez entamé ce championnat du monde à Birmingham ?   

    MJ. TA LOU : (Rires) Moi franchement j’étais moins confiante en arrivant à ce tournoi. Après les séries et les demi-finales, je ne pensais pas décrocher une place sur le podium surtout avec le 60 mètre qui est beaucoup plus exigeant que le 100 mètre. En finale, j’ai fait la course sans me prendre la tête, franchement j’ai été surpris de faire un chrono de 7’’05. Après j’étais heureuse de ma performance et j’ai ensuite jeté un coup d’œil sur le chrono de Murielle, c’était énorme 6’’97 en plus record d’Afrique. J’étais doublement contente pour elle. Suis allé vers elle pour lui souffler des mots à l’oreille. Être au top niveau et chuter, c’est très difficile de revenir
au-devant de la scène. Elle a pu surmonter cette épreuve et revenir au top niveau. Chapeau à elle.

–  Africa Foot United : Être tous les deux sur le podium à une compétition d’envergure, n’arrive pas tous les jours. Rééditer cet exploit lors des prochaines compétitions est surement ce qui vous
tient à cœur désormais.
M. AHOURE : Bien sûre, lorsqu’on gagne une fois, on veut continuer à performer et offrir du bonheur à ceux qui nous soutiennent. Il y’a plusieurs compétitions qui sont en perspectives. On travaille pour être au top niveau chaque jour.

–  Africa Foot United : Au niveau du sprint mondial on sait la concurrence qu’il y’a entre les jamaïcaines, les américaines et vous autres. Comment vous vivez cette rivalité ?
Murielle Ahouré : À travers nos différentes performances, on montre aumonde entier qu’il y’a du talent en Afrique. Pas seulement sur des longues distances mais aussi au sprint sur des courtes distances. Sur
le podium au championnat du monde de Birmingham, on était toutesafricaines. En plus de moi (Murielle Ahouré) et Marie Josée Ta Lou, la troisième, une suissesse mais son papa c’est un congolais. Donc le podium était 100%africain et nous étions très heureuses.

– Africa Foot United : Sur le podium, quel sentiment avez-vous lorsque vous entendez l’hymne national de votre nation ?
Murielle Ahouré : C’est beaucoup d’émotion. J’ai été sur le podium à 4 reprises. J’ai eu 4 médailles d’argents (2 en 60m et 2 au 100 et 200m). J’ai toujours le drapeau de mon pays à gauche. Cette fois avec Marie Josée à côté de moi, c’était formidable.

Africa Foot United : Quels sont les prochains défis pour vous ?
MJ Ta Lou : Cette année il y’a le Diamond League, le champion d’Afrique. On va représenter dignement le pays à ses compétitions et ramener des médailles (rires).

– Africa Foot United : Quels vos concurrentes sur le continent qui rêvent de vous détrôner en ce moment ?
Murielle Ahouré : Il y’a toujours les nigérianes qui sont à nos trousses, aussi les sud-africaines.

– Africa Foot United : Est-ce que vous craignez certaines d’entre elles ?
Murielle Ahouré : Du tout. Même pas peur (rires). Quand tu es dans ton couloir, tu te focalise sur ta course. Ce n’est qu’au finish que tu regardes avec qui t’as fait la course. On a peur de personne nous.

– Africa Foot United : Avez-vous des anecdotes à nous raconter pendant ce championnat du monde ?
M.J Ta Lou : Lorsque nous étions en chambre d’appel, moi je fais passer mon stresse en taquinant ceux qui sont autour de moi. Elle (Murielle) comme toujours bien concentrée, focus sur la course. On ne
m’a pas parlée, moi non plus (rires). Lorsqu’on a fini, évidemment le stresse il est tombé. Elle (Murielle) me regarde, et me demande, où est passé mon rouge à lèvre. Je lui ai que je ne savais plus où je
l’avais laissée. On s’est serrée très fort dans les bras.

Africa Foot United : Les JO 2020 ça fait rêver non ?
Murielle Ahouré : Avant ça, il y’a le championnat du monde, Diamond league, championnat d’Afrique et autres. Il faut y aller pas à pas. On l’a toujours dans un coin de la tête ouais.

Africa Foot United : Que répondez-vous à ceux qui pensent qu’entre vous deux ce n’est pas la grosse entente ?
M.J Ta Lou : Murielle c’est ma grande sœur. Tout se passe super bien entre nous. Autant je lui donne des conseils, elle m’en donne également. Encore une fois, il n’y’a aucune embrouille entre nous.

 Africa Foot United : Avez-vous un conseil à donner à tous ses jeunes qui veulent faire comme vous ?
Murielle Ahouré : Seul le travail paye, je le dis toujours. Travailler sérieusement sans prendre de raccourci. Avoir surtout foi en ce que tu fais et en Dieu.