Le départ de la boucle du Cameroun était prévu le 10 Mars 2018.Faute d’argent liquide l’évènement est reporté au 26 Mai. Régulièrement organisé depuis le 31 Janvier 2003, le Grand Tour Cycliste International du Cameroun vient de connaitre l’une des plus graves secousses de son histoire.

CAMEROUN : Le Tour en sursis

Publié le : / Par

 

De Yaoundé : Julien Alamba

 

Les assurances d’une bonne organisation étaient pourtant données au fil des réunions préparatoires, tenues au Ministère camerounais des Sports et de l’Education Physique. C’est à la veille des premiers coups de pénale que la nouvelle de l’annulation de la compétition va surprendre les amateurs de la petite reine, qui s’attendaient déjà à une épreuve relevée, avec l’arrivée des rwandais et des algériens. Quatre équipes européennes étaient également annoncées dans la bataille de succession de l’allemand Nikodemus HOLLER, vainqueur de la 15ème édition. 

Ce qui était considéré comme une folle rumeur a été finalement confirmé par le président de la Fédération Camerounaise de Cyclisme, Honoré YOSSI « Nous avons eu une réunion avec le ministre des Sports dans ses services. Il nous a conseillé d’annuler le tour parce que le budget n’était pas disponible. Nous respectons à la lettre son vœu, donc le tour du Cameroun n’aura pas lieu du 10 au 18 Mars ». 

Cette déclaration était en réalité le coup d’envoi d’une course administrativecontre la montre. Avec quatre principaux acteurs, la FECACYCLISME, le Ministère des Sports, le Ministère des Finances et l’Union Cycliste International. Il s’agissait notamment de faire le point exact de la situation à l’UCI, sous peine du retrait pur et simple du Tour du Cameroun du calendrier international, doublé d’une forte amende financière. Les tractations avec le Commissaire UCI ont débouché sur un éventuel report le 26 Mai 2018. Reste attendue, la validation de cet arrangement par les instances compétentes de l’UCI. 

Les autorités camerounaises précisent qu’il ne s’agit pas d’un problème de moyens financiers,mais de procédure à suivre pour le déblocage des fonds. Ce qui sera en principe fait avant le mois de Mai, pour sauver l’essentiel. Une dernière chance pour rassurer les sceptiques sur la Capacité du Cameroun à organiser les Grands évènements sportifs. 

Cette mauvaise passe interpelle la FECACYCLISME qui doit s’investir davantage dans le financement de ses projets. Il avait été suggéré la création de la Société du Tour du Cameroun,pour payer la note avec l’apport des sponsors et des partenaires. 

Quinze ans après son lancement, ce qui est désormais appelé mini tour (après la suppression des étapes du GrandNord sous la menace de Boko Haram), n’est toujours pas sorti des faits divers. Et les détracteurs de l’actuel président de la Fédération considèrent que c’est une preuvesupplémentaire qu’il n’est pas à la hauteur. Les élections projetées cette année devraient mettre un terme aux batailles de leadership.