C1 RETOUR : LE BAYERN GÉRE SANS TREMBLER

Publié le : / Par

rodrigues.jpg C1 RETOUR : LE BAYERN GÉRE SANS TREMBLER

Au terme d’un match parfaitement contrôlé, le Bayern Munich a tenu le nul 0-0 contre Séville mercredi soir et s’est logiquement qualifié pour les demi-finales de la Ligue des champions, validant son succès 2-1 du match aller en Espagne. 

 

Il n’aura finalement manqué que des buts pour que le spectacle soit tout à fait agréable, car la partie a été animée, les occasions nombreuses pour le Bayern, et l’espoir présent presque jusqu’au bout pour Séville. 

Eliminés l’an dernier en quart de finale par le Real Madrid, futur vainqueur, les Allemands retrouvent donc les demi-finales de Ligue des champions pour la sixième fois en sept ans. Accessoirement, ils restent aussi la seule équipe en Europe à pouvoir encore réaliser un triplé coupe/championnat/Ligue des champions, depuis l’élimination mardi de Barcelone. 

Heynckes n’avait pris aucun risque et aligné sa meilleure équipe possible, alors que son homologue sévillan Vincenzo Montella avait sans surprise titularisé Gabriel Mercado en défense centrale aux côtés du Français Clément Lenglet, pour suppléer à l’absence de Simon Kjaer blessé. En attaque, l’ailier Joaquin Correa, incertain encore mardi, était bien sur la feuille de match et le Français Wissam Ben Yedder était titulaire en pointe. 

« Ce n’est pas une situation impossible », avait d’ailleurs estimé Montella, « il va falloir garder notre équilibre, nous aurons besoin de patience. » 

Equilibre, patience… certes. Mais l’on s’attendait tout de même à plus de pressing et d’agressivité de la part des Andalous. Pas vraiment bousculé, le Bayern a tout de suite pris le contrôle de la partie et s’est créé une dizaine de situations dangereuses en première période, trop souvent conclues cependant par des tirs non cadrés. 

L’Allianz Arena salue… la Juve 

Une seule fois le gardien David Soria a dû réellement s’employer, sur une tentative puissante mais trop centrée de Ribéry (38e). A 35 ans, le Français a d’ailleurs une nouvelle fois livré un match de guerrier, tout comme son compère de 34 ans Arjen Robben, son pendant sur l’aile droite. 

Durant cette première période, Séville, malgré une possession de balle supérieure dans l’entre-jeu, a tourné autour de la défense sans trouver de faille. Les Espagnols ne se sont approchés que deux fois du but, lorsque Escudero est arrivé en bout de course dans la surface (26e), puis lorsque Ben Yedder a été contré in extremis par Rafinha juste avant la pause. 

La deuxième période repartait sur le même schéma. Le Bayern était le plus souvent à l’attaque, multipliant les tirs, non cadrés (Martinez, Lewandowski) ou parés par Soria (James 53e, Müller 54e, James 63e). 

Mais c’est lorsque le tableau lumineux a annoncé le troisième but de la Juventus à Madrid que l’Allianz Arena a rugi de plaisir pour la première fois. On jouait la 63e minute à Munich. 

Et au fil du temps, inspiré par les « remontadas » de ces quarts de finale, on finissait par penser que Séville avait un coup à jouer face à ce Bayern dominateur mais incapable de marquer. D’autant que les Espagnols, hyper-compacts en défense, parvenaient parfois à mettre hors de position la défense rouge, même si Sven Ulreich n’était jamais véritablement menacé, sauf sur un tir de Correa qui touchait le cadre.  Mais le Bayern Munich, a défaut d’être réaliste, est resté concentré et surtout solide derrière, contrairement aux grands d’Espagne. Il lui faudra cependant certainement passer la vitesse  supérieure face aux grosses cylindrées qu’il affrontera en demi-finale.

Source : Afp

 

000 13O081.jpg C1 RETOUR : LE BAYERN GÉRE SANS TREMBLER

Heynckes (Munich): « Ce sera très difficile, quel que soit le tirage au sort » 

« J’ai dit qu’une victoire du Bayern en finale serait une sensation, et je reste sur cet avis. On a vu hier à Rome que tout était possible, de nos jours on ne peut sous-estimer aucune équipe au niveau des quarts de finale. Et je pense qu’il en va de même pour les demi-finales. Il reste trois adversaires de top niveau absolu, et ce sera très difficile quel que soit le tirage au sort. Bien sûr nous avons des ambitions, l’envie d’arriver en finale, mais je n’ai pas d’adversaire favori pour la demi-finale, car les choses ne se passent jamais comme on l’imagine. Regardez Barcelone, on pensait que ce serait facile pour eux. Aujourd’hui nous avons livré un très beau combat contre une très bonne équipe de Séville, qui a cru à ses chances jusqu’au bout. Nous ne nous sommes pas laissé déconcentrer, nous n’avons pas perdu notre calme. On ne peut pas toujours faire des matches brillants, mais dans un tel match, l’essentiel est de ne pas prendre de but. Aujourd’hui nous avons réussi cela et nous passons en demi-finale. » 

 


Montella (Séville): « Je suis fier de mon équipe »

direct seville bayern munich les deux formations se trouvent dos dos.jpg C1 RETOUR : LE BAYERN GÉRE SANS TREMBLER

Vincenzo Montella (entraîneur de Séville): « Mon équipe a fait un bon match, pendant 90 minutes. Nous avons gardé un bon équilibre, nous avons eu des occasions, pas des occasions très nettes mais des occasions. Il nous a manqué de pouvoir ouvrir le score, nous aurions pu par Sarabia en première période, puis par Correa en deuxième. Je suis fier de mon équipe, elle a montré de la personnalité, du caractère, contre un adversaire très fort ce n’était pas facile. Nous pouvons être fiers de ce que nous avons fait ici, et tout au long de cette Ligue des champions. Nous avons essayé jusqu’au bout, nous étions un peu fatigués à la fin, il manquait de l’énergie, mais nous nous sommes bien battus. »
© Agence France-Presse