Afrique contre Amérique(s)

Publié le : / Par

L’arrivée aujourd’hui au Maroc des membres de la délégation de la Task Force désignés par la très controversée  FIFA marque indéniablement le signal annonçant le début du match opposant l’Afrique aux Amériques. Une visite qui pourra déjà servir de baromètre pour les prochaines étapes de la candidature marocaine.

C’est un fait, Rabat a eu le mérite de marquer des points importants mettant en exergue la qualité de sa candidature. Est-ce suffisant pour autant pour pouvoir espérer ramener à la raison les plus sceptiques parmi les membres de la délégation qui ont fait le voyage ce matin ? Le Président du comité d’Organisation est avisé. Il va devoir convaincre. Il lui sera surtout demandé d’abattre sur la table tous les arguments pour persuader les membres du Jury de l’utilité de choisir le Maroc en 2026 et non pas le trident des Amériques.

                                                           Nassim Kouba

Le président du comité de candidature aura trois jours et pas un de plus pour défendre bec et ongles le projet porté par toute l’Afrique. C’est à l’évidence un pari risqué. Beaucoup d’africains craignent sincèrement pour les chances du Maroc, car le match semble dévoyé et les dés déjà pipés. La messe est-elle dite ? Absolument pas. Le Maroc garde encore l’espoir  et  surtout a le devoir de défendre les couleurs de l’Afrique jusqu’au bout. Il n’a pas le droit de décevoir. Si la désignation se déroule dans les conditions d’un protocole transparent, le Royaume disposera de toutes les chances pour faire triompher sa candidature africaine le 13 juin prochain en Russie.

Les bruits de couloirs qui filtrent de la maison de Zurich font états de manœuvres déloyales et dilatoires pour disqualifier la candidature du Royaume. La bataille est féroce. Elle est sans état d’âme. Elle se gagnera sûr et en dehors du terrain. L’Amérique et Donald Trump feront parler leurs puissances économiques, financières et médiatiques pour s’emparer du mondial 2026 et broyer les chances africaines.

Les soupçons de corruption continuent de plomber la Maison du Football Mondial, l’Amérique a déjà envoyé des signaux pas difficiles à décrypter…en décidant de mettre un proche à la tête de la FIFA. Après une vague d’arrestations née au lendemain de la désignation du Qatar pour l’organisation du rendez-vous de 2022.Dès lors ,que vaut encore l’institution qui gère le  football Mondial?

Face à la puissance des Amériques, le Maroc opposera sa puissance humaine et la beauté de son paysage. L’Atout majeur du Maroc réside surtout dans sa conviction profonde et inébranlable à pouvoir donner entière satisfaction à ses hôtes lorsque ces derniers fouleront le royaume chérifien au mois de juin 2026. Le Maroc, terre d’accueil ne va pas décevoir. C’est une certitude.

Refuser d’accorder à ce pays le droit d’organiser la fête du Foot, c’est aussi refuser à l’Afrique du football le droit de faire entendre sa voix. Au nom de quels principes allons-nous suivre les recommandations d’une institution de football internationale discréditée  et qui obéit aux injonctions des plus riches ?

En 2026 ,la terre d’accueille de la coupe du monde devra être Marocaine et par conséquent  Africaine.Toute autre décision serait considérée comme un acte de défiance à l’égard du continent La confédération africaine de football devraient déjà pouvoir brandir la menace du boycott.Comme ce fut le cas en 1966 ,lorsque l’Afrique disputée un seul billet qualificatif face au barragiste européen.