Alors que le joueur Algérien Bilel Naïli (USMH) clame son innocence : le Dr. Damardji insiste sur son cas de dopage !

Alors que le joueur Algérien Bilel Naïli (USMH) clame son innocence : le Dr. Damardji insiste sur son cas de dopage !

Publié le : / Par

 

Seulement, le président de la commission antidopage de la Fédération algérienne de football (FAF), Djamel-Eddine Damardji, a affirmé que le milieu de terrain de l’USM El-Harrach (Ligue 2) Billel Naïli, contrôlé positif, « a bel et bien consommé une substance interdite qui est la cocaïne et ses métabolites ».

Une nouvelle affaire à suivre, car ces contradictions entre les deux parties ne doivent connaitre la vérité que si le joueur Naili se déplace à Lausanne soit au laboratoire concerné par cette affaire pour prouver son innocence.

Pour bien comprendre la situaiton il est utile de rappeler que vendredi dernier, la Ligue de football professionnel a annoncé que «Naïli a été contrôlé positif après le prélèvement de ses urines effectué le 26 janvier dernier au stade 1er Novembre d’El Harrach, lors de la rencontre USM El Harrach – RC Relizane comptant pour la 19e journée du championnat de Ligue 2».

«Le laboratoire antidopage de Lausanne (Suisse) accrédité par l’Agence mondiale antidopage AMA a confirmé la présence de produits interdits dans ses urines», ajoute la même source.

C’est le troisième joueur professionnel épinglé cette saison pour dopage, après le gardien de but de l’US Biskra (Ligue 2) Walid Gaha, contrôlé positif en décembre 2018 et suspendu pour six mois dont trois mois avec sursis, et le milieu de terrain du MC Alger (Ligue 1), Hichem Cherif El Ouzzani, contrôlé positif et suspendu quatre ans ferme de toutes compétitions ou activités sportives à compter du 30 janvier 2019, plus une amende de 200 000 DA.

Mais, il se trouve que le joueur a insisté en indiquant que « Je n’ai pas fait l’objet d’un contôle anti dopage. Et l’urine dont il est fait mention n’est pas la mienne.  Je demande à la commission antidopage d’analyser les urines qui sont en sa possession et mes urines et de les comparer. Ils vont s’en apercevoir qu’ils n’appartiennent pas à la même personne ». Et c’est ce que le joueur a clamé lors de son audition dimanche dernier.

Seulement, le Dr. Damardji, insiste en précisant que son instance ne pouvait pas se tromper dans ce genre de contrôle. Le joueur s’est présenté à l’équipe médicale qui se trouvait sur place pour le prélèvement des urines, en présence également du médecin de l’USMH. Le joueur a signé les cinq exemplaires du PV, dont celui qui a été envoyé au laboratoire à Lausanne en Suisse. Le joueur a nié les faits, je peux vous confirmer qu’il s’agit bel et bien de lui. La substance trouvée dans ses urines est la cocaïne et ses métabolites » a précisé  le président de la Commission anti dopage de la FAF. Le joueur, lui, a indiqué à l’issue de son audition qu’on « m’a dit qu’il faut aller à Lausanne pour prouver que l’urine analysée n’est pas la mienne ».

Affaire à suivre…