Algérie/Sénégal : le match de Djamel Belmadi

Algérie/Sénégal : le match de Djamel Belmadi

Publié le : / Par

Il n’est pas besoin d’être connaisseur pour voir que Djamel Belmadi en voulait plus que Aliou Cissé dans ce match opposant Fennecs aux Lions (1-0), pour la quatrième fois en phase finale de CAN. Dès l’entame, les Algériens ont annoncé la couleur. Le coach a verrouillé toutes les issus au Sénégal, grâce à un système de jeu très offensif qui n’a laissé aucune chance aux protégés de Aliou Cissé. 

Bien présents sur tous le terrain, les fennecs se sont constitués en obstacles sur toutes les balles sénégalaises. Résultat, aucune tentative aboutie par les Lions de la Teranga, quoi qu’il ait été plus en possession du ballon. Jusqu’à la mi-temps, le Sénégal n’a réussi de tirs cadrés, alors que l’Algérie en compte deux. 

Loin de s’en rassurer, le sélectionneur ne tient pas sur la ligne de touche. Belmadi bouge, réoriente, passe des consignes, gesticule, pendant que Aliou Cissé lui est souvent aperçu sur son banc.  Face à cette équipe qualifiée de favori de cette CAN, il fallait à l’Algérie sortir le grand jeu et le technicien l’a réussi. Les algériens jouent le jeu et remportent quasiment tous les duels grâce à une bonne prestance physique. Ils n’hésitent pas à commettre la faute (34 contre 19), tant que ça peut faire avorter une tentative des Sénégalais. 

Les lions ne parviennent pas à dérouler leu jeu devant une équipe algérienne bien positionnée. Aucune occasion réelle côté Sénégalais pour inquiéter le gardien algérien. La bande à Aliou Cissé visiblement déséquilibrée multiplie les pertes de balles au profit de l’adversaire. Et quand l’occasion s’est présentée pour ouvrir le score à la 49ème minute, les fennecs ne la rate pas. Bien servie à l’entrée de la surface de réparation Mohamed Youssef Belaili cadre et envoie son tir qui laisse Edouard Mendy sans moyens. La balle atterrit au fond des filets. C’est la délivrance pour Belmadi. Les mains largement ouvertes et tendues vers le ciel avec les points fermés, le torse bombé, le sélectionneur des fennecs fait exploser sa joie. 

L’Algérie tient son match, mais ne baisse pas la garde pour autant. Djamel Belmadi fait jouer ses hommes jusqu’au coup de sifflet final. Les fennecs confirment leur suprématie sur les lions en signant leur troisième victoire sur à leurs adversaires du jour, en phase finale de CAN (1990, 2015).

Comme ils l’avaient promis, les algériens ont étaient meilleurs face au Sénégal qu’ils l’ont été face au Kenya lors du premier match. Le troisième match contre la Tanzanie sera juste une formalité pour les Fennecs déjà qualifiés pour les 8èmes de finale ; une confirmation pour l’entraineur de 43 ans.