Finale de la coupe de la ligue

Algérie – Finale de la coupe de la ligue: Une affaire d’Etat ?

Publié le : / Par

Une simple finale d’une petite coupe est en train de tourner en une affaire d’Etat.

En effet, la finale de la ligue instaurée pour désigner le 4ème représentant de l’Algérie en coupes continentales interclubs, plus précisément en coupe de la Confédération CAF, est loin de connaître son épilogue. En effet, rejetée plusieurs fois après avoir été, pourtant, annoncée pour plusieurs dates, cette finale n’a toujours pas trouvé une date pour la prendre.  Et dire que le bureau fédéral de la FAF a définitivement tranché sur la question en désignant le vainqueur de cette coupe comme second représentant, en compagnie du 3ème au classement général, alors que le leader et son dauphin seront alignés sur la piste de départ de la champion’s league (LDC).  Et ce dès le 10 Août, date butoir de la CAF.

Il reste que ni la FAF, ni la LFP n’ont été jusque-là capables d’arrêter la date de cette finale. « Même le Ministre de la Jeunesse et des Sports (MJS) ne peut arrêter la date » dixit Medouar sur les ondes de la Chaîne III de la radio nationale.   Comme si la JSK et le NCM allaient jouer une finale de coupe du monde. Or, et pour rappel, pour la dernière finale de coupe d’Algérie (2018-2019), on s’était contenté de la seule présence du MJS Raouf Salim  Bernaoui de l’époque pour la remise du trophée au CRB après sa victoire sur la JSM Béjaia (2-0) sans aucune forme de protocole présidentiel qu’imposait jusque-là cette coupe d’Algérie. D’ailleurs, bon nombre d’observateurs ne comprennent pas toutes ces tergiversations lorsque l’on sait que la finale se jouera sans public. Et qu’elle est loin d’être cette épreuve populaire qui aurait suscité passion et déferlement de foules. Cette coupe de la ligue était pour de nombreux clubs, une simple formalité parce qu’il fallait la jouer. Et les éliminés n’ont guère ressenti une quelconque frustration. Et ce même si au bout, ils pouvaient prétendre à cette participation continentale. De nombreux observateurs n’arrivent pas à saisir les arrière-pensées de cette manière de faire et d’agir de la part de la LFP gestionnaire de l’épreuve qui en fait une affaire d’état en s’en remettant uniquement au premier ministre. Un premier ministre qui est plus préoccupé par les conditions sanitaires que vit le pays et la gestion de la crise de la pandémie de la Covid-19 qu’à penser football.

D’autres soutiennent, aussi, la thèse de l’élimination pure et simple de la JSK d’une des places continentales et qu’au final le BF de la FAF attendra  les résultats des matchs de mise à jour pour déclarer, comme ce fut le cas pour la saison dernière, le 4ème au classement général comme représentant de l’Algérie à la coupe de la CAF. D’autant que la JSK ne trouvera pas à redire puisqu’elle avait bénéficié des mêmes circonstances la saison dernière.  Mais ce serait aussi privé, le NC Magra l’autre finaliste d’une participation continentale historique pour cette jeune formation car rien ne dit aussi que cette équipe de la petite bourgade des hauts plateaux de l’Est ne sortira pas vainqueur de cette finale.    D’ailleurs ses dirigeants ont exigé de voir la date fixée au cours de la semaine pour préparer leur équipe dans les meilleures   conditions.

En attendant, la LFP et Medouar ont remis au goût du jour le scénario cher à Alfred Hitchcock