Afrique du Sud : le bras de fer entre le RAM et la PSL continue

Afrique du Sud : le bras de fer entre le RAM et la PSL continue

Publié le : / Par

La bataille juridique entre le club de première division Royal AM et la Premier Soccer League (PSL) se poursuit toujours en Afrique du Sud. Vendredi, l’avocat du club, Eric Mabuza, a informé que l’équipe basée à Durban dans le KwaZulu-Natal s’adressera à la Cour constitutionnelle.

Il y a quelques semaines, le PSL a accordé à Sekhukhune United une promotion automatique en Premier Soccer League, après avoir reçu trois points obtenu par leur avocat Hilton Epstein. Lundi, la juge de la Haute Cour de Johannesburg, Leonie Windell, a rejeté la tentative de Royal AM d’obtenir une promotion automatique dans le championnat national de première division sud-africaine. Maintenant, Royal AM a informé le PSL que le club ira jusqu’à la Cour constitutionnelle pour faire appel de la décision.

La lettre, en partie, dit : « Le but de cette lettre est de vous informer à nouveau qu’en effet, nous avons l’instruction de poursuivre immédiatement la procédure d’appel devant les juridictions supérieures. Dans les prochaines heures, et après avoir lu l’arrêt plus en détail, une décision sera prise quant à l’opportunité de déposer la demande d’autorisation de recours de Royal AM devant la Cour suprême d’appel et / ou directement devant la Cour constitutionnelle, compte tenu de la nature et de l’urgence de la question. », peut-on lire dans une lettre de Royal à la PSL.

Royal AM veut que le PDG de PSL, Mato Madlala, soit derrière les barreaux s’il est coupable d’outrage au tribunal. Le juge Windell a également rejeté la tentative de Royal AM de faire juger Mato Madlala, PDG par intérim de la Premier Soccer League (PSL), et la PSL pour outrage au tribunal. Le juge Windell a soutenu que la tentative était sans fondement.