A QUATRE MOIS DE LA CAN 2019, IL CONTINUE DE CHAUFFER  LE BANC À CITY : MAHREZ ,VICTIME DE PEP ?

A QUATRE MOIS DE LA CAN 2019, IL CONTINUE DE CHAUFFER LE BANC À CITY : MAHREZ ,VICTIME DE PEP ?

Publié le : / Par

En provenance de Lecester City où il remportait la Premier League et un titre de meilleur joueur d’Angleterre, Riyad Mahrez a rejoint Manchester City en juin 2018 sous insistance de Pep Guardiola. Après des débuts tonitruants chez les Skyblues, l’algérien ne bénéficie plus de la confiance de l’entraîneur catalan.

Comme étrangement, le premier joueur africain à être couronné meilleur joueur de la Premier League paie le lourd tribut du management incompréhensible de son entraîneur. Acteur principal de la venue du joueur africain 2016, Pep a semble-t-il cloitré le Fennec au poste de remplaçant.

Lui qui détient le record du transfert le plus cher de l’histoire des Cityzens (68 millions d’euros) n’a plus été titulaire en Premier League avec son club depuis fin décembre et n’a absolument pas gouté à une seule minute à Veltins-Arena lors du déplacement face à Schalke 04 en huitième de finale mercredi soir. Une situation compliquée que tentait d’expliquer Guardiola avant la réception de Chelsea « Mahrez sur le banc ? Oui, j’ai une raison. Ma raison. Je suis la raison. Je suis la raison. Il n’est pas absolument coupable ou il ne ressent aucune raison particulière à cela. Je suis triste parce qu’il s’entraînes incroyablement bien. C’est un joueur incroyablement talentueux, mais en ce moment, nous avons cinq attaquants, par exemple les derniers matchs que Leroy Sane n’a pas disputés non plus », a-t-il laissé entendre.

Loin de s’imaginer cette galère en débarquant au centre d’entraînement de Man City, Mahrez est à présent contraint de chauffer le banc contre son gré puis de s’accommoder à la décision de l’espagnol. Le Fennec se contente amèrement de grappiller du temps de jeu dans des oppositions contre des calibres inférieurs comme celle face à Newport (1-4) samedi où il a disputé la quasi-totalité du match en FA Cup et quelques fulgurances en championnat. Dommage.

Lui qui souffle son 28è bougie aujourd’hui 21 février 2019 devra avoir un moral d’acier pour ne pas sombrer bien au contraire briller lors des rares minutes sur la pelouse, bien que ce faible temps de jeu pourrait lui être préjudiciable lors de la prochaine Coupe d’Afrique des Nations. L’ancien Havrais, maillon essentiel de la sélection algérienne dirigée par Djamel Belmadi risque d’arriver en Égypte avec une carence de rythme. En professionnel averti, l’ailier droit algérien sait le job qui lui reste à faire pour éviter cet autre fait de jeu en portant les Vert dans quatre mois le plus loin possible dans cette compétition. En le faisant, il enverrait un message fort à Pep Guardiola tenu responsable de sa situation actuelle.